Christian Ndongo Medjo : “Si la vie se résumait à une statistique, je n’aurais pas la chance de m’adresser à vous aujourd’hui”

Christian Ndongo Medjo (photo Twitter @CNdongoMEDJO)

Christian Ndongo Medjo, référent de La République en Marche du Doubs, s’exprime :

Je m’appelle Christian Ndongo Medjo, et le Bureau Exécutif de La République en Marche, m’a confié le 23 novembre 2020, l’animation de notre mouvement dans le Doubs, pour les deux prochaines années (notre info du 01/12/2020). Mandat au cours duquel je souhaite rassembler et accorder une large représentation à la jeunesse et promouvoir la représentation des femmes dans la vie publique. Je suis né sur un continent, dans un pays, le Cameroun. Mon histoire aurait pu s’arrêter à l’âge de 8 ans, touché dans l’enfance par une pandémie dont j’ai pu échapper grâce à la compétence de la médecine française. J’ai conscience que la vie ne m’aurait pas fait bénéficier de tout ce qui est possible ici, en termes d’éducation, de lutte contre les inégalités de destin, de sécurité sanitaire, d’égalité femmes-hommes, de libertés, de développement personnel. Parce que je sais d’où je parle, et que j’ai constamment conscience d’où je viens, je souhaite ici remercier ma famille, mes amis, mes proches, les rencontres, les évènements heureux ou malheureux que la vie a mis sur ma route.

Ce parcours, je le dois également à l’École de la République. Avec une reconnaissance toute particulière à l’intention de mes professeurs. Votre bienveillance, vos encouragements, vos partages et votre patience manifestés envers mes camarades et l’élève que j’étais, ont permis mieux que quiconque, de rassembler des gouttes d’eau pour en faire des rivières… J’ai grandi et construit ma vie dans notre département du Doubs. Devenu français après une démarche volontaire qui a pris près de 10 ans, je suis aujourd’hui le père d’un garçon (1ère génération de la famille, née en France), scolarisé à Montbéliard, puis sur Besançon pour y effectuer son lycée. Depuis la rentrée, je poursuis mes études supérieures en classe préparatoire aux grandes écoles.

L’engagement a toujours eu pour moi un sens très fort. Je n’avais jamais adhéré à aucun parti politique. En 2017 l’offre politique nouvelle, proposée par Emmanuel Macron à chaque Française et chaque Français, d’où qu’ils viennent, quelles que soient leurs conditions et leurs origines, m’a séduit. Faire de la politique autrement. En politique, la contradiction “stérile” m’a (très souvent) au mieux déçu, au pire exaspéré… Pourtant ces femmes et ces hommes, de gauche comme de droite, qui ont participé à construire le citoyen que je suis, ont bien plus en commun qu’ils ne l’imaginent. Sans nier pour autant, la réalité de leurs sensibilités respectives. Je ne me résigne pas. Il faut construire en tenant compte de ses paradoxes, et non s’y laisser enfermer. Du coup, presque sur la pointe des pieds, je me suis intéressé à ce mouvement d’un genre totalement nouveau en France, puis j’ai participé plus activement, notamment au sein de l’équipe départementale, aux côtés de ma prédécesseure Margot Brisson, dont je tiens ici à saluer l’esprit de bienveillance, ADN d’En Marche. Enfin, j’ai candidaté à la fonction de référent départemental du Doubs.

C’est une belle responsabilité. J’ai conscience que ma nomination est également porteuse du message que dans la France, telle que voulue par notre Président Emmanuel Macron, tous les parcours sont possibles ! Avec mon équipe nous sommes persuadés qu’un mouvement fédère et grandit dans l’harmonie, à condition que tous les militants soient consultés et associés. Notre action sera guidée par le souci permanent de rassembler. Dans cette équipe, tout notre territoire est représenté. Ce sont les territoires qui doivent être moteurs et tirer notre mouvement vers le haut. Chacune et chacun doit pouvoir trouver sa place, tous les talents doivent pouvoir s’exprimer dans une démarche collaborative. C’est ensemble que nous mobiliserons et défendrons le projet de notre Président Emmanuel Macron.

Je vous invite à venir, nous rejoindre sur notre Canal Telegram Infos-LaREM25, au sein de nos comités locaux, nous faire grandir, afin de poursuivre le nécessaire travail de transformation sur notre territoire lié notamment aux enjeux écologiques, sanitaires. économiques, sociaux, de solidarité, et bien entendu les échéances électorales à venir“.