“Consommez local, c’est vital” : réaction du collectif Du Champ à l’Assiette

(photo Adobe Stock / kasto)

Le collectif Du Champ à l’Assiette communique suite à l’action coup de poing des commerçants de Montbéliard “Consommez local, c’est vital” (notre info du 07/11/2020) :

Les articles parus dans la presse locale nous amènent quelques remarques. Alors que les Etats Unis viennent de dire “assez” à la mondialisation et de renvoyer le climatosceptique et sous la coupe des lobbys agroalimentaires, Donald Trump dans ses foyers, la France cherche toujours des solutions en se déclarant ouverte à la transition écologique tout en rétablissant le droit de tuer les abeilles et autres dauphins. On veut une alimentation saine, goûteuse et locale mais on encourage les producteurs de betteraves au lieu d’aider les producteurs locaux.

La crise sanitaire que nous connaissons a conduit à une prise de conscience salutaire. La majorité de nos concitoyens veulent des producteurs locaux, solidaires avec ceux des pays du sud pour un nouveau commerce plus éthique, plus solidaire, plus respectueux de la planète. A Montbéliard, on ne trouve plus de quincaillerie. Plus de commerce de fruits et légumes au centre-ville, un seul boucher-charcutier. Et on s’étonne que le centre ville se meure.

Le collectif Du Champ à l’Assiette prépare avec les élus des projets plus ambitieux. Ainsi, sont  n cours les projets d’installer des maraichers sur Bethoncourt, à coté du futur collège, sur Audincourt pour alimenter les cantines scolaires, sur Vandoncourt… Le Champ à l’Assiette vient de formuler des propositions au Codev de PMA : un-plan-alimenterre-pour-pma.

Nous avons une priorité : la production locale de fruits et légumes. Actuellement, la production de légumes se pratique sur 15 ha soit 0,13% de la Surface Agricole Utile (SAU) de 41 120 hectares. La production actuelle, essentiellement des céréales est de 4 009 hectares dédiés à l’alimentation du bétail. Il est nécessaire de préparer une transition vers l’alimentation “humaine”. Cette relocalisation permettrait de créer 6200 emplois, dont 3 500 maraîchers, sans compter les emplois induits de la transformation et du commerce de proximité.

Gouverner c’est prévoir et ceci est l’affaire de tous : producteurs, commerçants, élus, consom-acteurs. Un exemple parmi d’autres : la ville d’Albi conduit depuis quelques années une étude-action sur l’autosuffisance alimentaire en “installant” des maraîchers bio sur les terres agricoles de la Commune ou en achetant ces terrains aux agriculteurs partant à la retraite. C’est une bonne pratique car comment fournir des aliments locaux et bios à un juste prix s’il n’y a pas de producteurs ?

Pour aborder cette problématique et apporter sa pierre au difficile débat de la désertification du centre-ville ainsi qu’à une relance de l’emploi non délocalisable sur notre territoire, le collectif Du Champ à l’Assiette demandera un rendez-vous à Madame Biguinet, Maire de Montbéliard, dans les prochains jours“.