Nicolas Pacquot : hausse des indemnités des élus de PMA, retrait sage ou plutôt contraint

Nicolas Pacquot, Maire d’Etouvans, Président du groupe Indépendants et Solidaires à Pays de Montbéliard Agglomération (photo Facebook Nicolas Pacquot)

Nicolas Pacquot, Vice-Président à Pays de Montbéliard Agglomération et Maire d’Etouvans s’exprime suite à la proposition de Charles Demouge sur l’augmentation des indemnités des élus de PMA (notre info du 01/10/2020) :

En qualité de président du groupe d’opposition , nous avons marqué notre réprobation à l’égard de la proposition concernant la forte hausse des indemnités de mandat. Je ne reviendrai pas sur les chiffres, les pourcentages d’augmentation de l’indemnité du président ou de l’enveloppe globale. Le président a eu la sagesse de retirer cette question de l’ordre du jour. Sage ou plutôt contraint : aucune voix ne s’est élevée dans son camp pour soutenir la proposition. Quant à ses alliés du groupe dit de gauche, ce n’est pas le discours laborieux et embrouillé de son porte-parole Damien Charlet qui a pu l’éclairer, ni pour ni contre , bien au contraire… Difficile d’être un courtisan du président Demouge tout en s’affirmant opposant farouche aux hauts salaires et autres indemnités, et en guerre contre la précarité. En gros être très à droite et en même temps « de gauche » en voulant donner des leçons aux autres… il y a de quoi attraper le vertige.

Donc un retrait peu glorieux de la délibération pour éviter son probable rejet. Et maintenant ? Vous saurez en temps voulu quelle sera la position du groupe quand une nouvelle proposition sera portée à notre connaissance. Mais je rappelle que si le montant des indemnités a fait débat, dans le même temps la question a été posée de la ligne directrice du président, de son programme et du financement de celui-ci. Le grand cafouillage des feuilles de route des vice-présidents – qui n’ont été présentées qu’aux maires, laissant sur la touche 40 conseillers communautaires – m’ont appelé à interpeler le président sur ce sujet : Il n’est pas normal que ce dernier n’ait pas développé avant tout débat sa propre feuille de route. Un texte politique personnel faisant part de sa vision pour les six années à venir, prenant en compte ou non les désidératas des différentes composantes de sa majorité. A la question posée sur la rumeur disant qu’un cabinet d’études serait payé pour faire la synthèse des feuilles de route des vice-présidents, il ne nous pas été apporté de réponses…

Toutes ces questions sont intimement liées entre elles. L’attribution des indemnités est justifiée aussi par le respect des règles de la démocratie. Et dans notre assemblée, l’un des premiers devoir d’un président est bien de dire ce qu’il veut faire, avec qui et quels moyens. Nous devons donc exiger tous ensemble que le président respecte ce premier devoir“.