MA avec Granit Montbéliard : Quim Girón, “Fang”

Sur scène un bloc imposant d’argile (fang en catalan) de 500 kilos et un homme à peine vêtu se lancent dans un mano a mano incomparable pour réinventer le monde. La base du spectacle est la transformation : le corps, l’argile et le cirque. Observer comment ces éléments interagissent et commencent à se tresser, à révéler une forme, un paysage, une plateforme. L’argile se transforme en corps. L’argile se transforme en cirque. L’acrobatie transforme l’argile. Quim Girón travaille cette matière avec ses mains, sa chair. Il la malaxe, la cogne, la réchauffe pour la métamorphoser, l’élever telle une colonne de terre compacte ou la briser, mieux encore s’en couvrir comme une gangue de deuxième peau, offrant des textures et des êtres déformés par ses acrobaties et ses équilibres. Dans Fang, il est donc question d’états physiques de l’artiste et de transmutation. Sous-jacents, le thème de l’ancrage de l’homme à la terre et aussi celui de l’animalité cher à Quim Girón, « Mon corps se transforme de façon animale tout en faisant servir la verticalité du cirque. » L’homme argile (on pense à L’Homme de boue de Nathan Israël) nous donne la possibilité de découvrir une nouvelle dimension fantaisiste, modelant totalement l’expression de l’artiste. La musique de Joan Coat, créée à partir de sons naturels comme les bruits de l’eau en mouvement, se superpose aux claquements de peau du circassien sur la terre glaise. De l’art brut ? Du cirque ? Voilà bien le genre d’objet visuel et sonore envoûtant.

Quim Girón, “Fang”, aux Bains Douches de Montbéliard, vendredi 12 avril 2019 à 20h00.

infos > www.magranit.org