MA avec Granit Montbéliard : Cristiana Morganti, A Fury Tale

Troisième spectacle de la danseuse mythique de Pina Bausch, dans A Fury Tale, Cristiana Morganti n’est pas sur scène. Elle confie à deux danseuses hors du commun, Breanna O’Mara et Anna Fingerhuth, la tâche de poursuivre l’exploration de son imaginaire à la fois ironique et profond sur la femme et son identité. Grandes avec la peau pâle et les cheveux auburn, Anna et Breanna cumulent les ressemblances physiques (et même jusqu’à leurs prénoms) pour mieux dévoiler ce qui les opposent. Sur la scène aussi blanche qu’une toile vierge sur laquelle des lumières stroboscopiques, des vidéos et des couleurs explosent comme des feux d’artifices, les deux danseuses se rencontrent. Au rythme d’une bande sonore qui va de la musique punk à celle de Bach, elles interagissent et racontent leurs propres histoires. Comme le suggère le titre (A Fury Tale « un conte de furie » au lieu d’un Fairy Tale « un conte de fées »), la rage, à la fois destructrice et force vitale, est un fil conducteur majeur de la pièce. Dans une tension inimitable, leur furieuse confrontation irradie une joute cinglante, joyeuse et intempestive. Rivalité / amitié, imprédictibilité/ transparence, belligérance/ sérénité… Leur danse pure est puissante et impulsive autant que délicate et subtile. Le spectateur traverse cet univers antithétique guidé par les deux interprètes qui sont par moment des créatures magiques et sauvages quittant en un instant leur personnage pour laisser entrevoir leur nature réelle de femmes et de danseuses. En descendant du plateau, Cristiana Morganti prend de la distance pour appréhender son travail avec un nouveau regard critique sans disparaître totalement. Elle s’engage dans un dialogue constant et malicieux avec ses deux complices relançant l’excitante question de la relation entre interprète et chorégraphe. Là, avouons-le, on ne peut que songer au legs inestimable de Pina Bausch, quand elle poussait ses danseurs et danseuses, dans les derniers retranchements du trouble entre jeu théâtralisé et manifestations de leur vraie vie.

Cristiana Morganti, “A Fury Tale”, au Théâtre de Montbéliard, jeudi 4 avril 2019 à 20h.

infos > www.magranit.org