Plastic Omnium va racheter les pare-chocs de Faurecia

(photo Google)

Faurecia, contrôlée par le groupe automobile PSA Peugeot Citroën, a signé lundi 14 décembre 2015 avec Plastic Omnium un protocole d’accord pour lui céder son activité de fabrication de pare-chocs et de modules de bloc avant. Cela concerne plusieurs sites en Allemagne, en Espagne, en Slovaquie, en Amérique du nord et du sud, en France, et dans le Pays de Montbéliard.

Martial Bourquin, Sénateur-Maire d’Audincourt, et Frédéric Barbier, Député du Doubs, ont rencontré Yann Delabrière, PDG de Faurecia, ainsi que le directeur du site d’Audincourt, M. De Lustrac, et réagissent : “Ils nous ont annoncé la cession de sa division « extérieur », soit sa production de pare-chocs, bas de caisse, ailes ou faces avant au groupe Plastic Omnium, grande société française, pour un montant de 665 millions d’euros.

Cette vente entre dans le cadre d’une réorganisation complète de la sous-traitance à savoir la montée en puissance du groupe Plastic Omnium qui deviendrait un des leaders mondiaux sur le marché de l’extérieur. Faurecia pourrait ainsi se concentrer sur des activités à forte valeur ajoutée telles que la voiture connectée et le véhicule autonome ainsi que sur la diminution des émissions de polluants.

Le site Faurecia de Bavans bénéficierait alors d’investissements pour pouvoir répondre à cette orientation stratégique du groupe. La division concernée par la vente emploie 7700 salariés et le site d’Audincourt est notamment impliqué. Le processus de la vente devrait prendre 6 mois et être validé par Bruxelles.

Nous avons immédiatement demandé des assurances pour la pérennité à long terme du site d’Audincourt et des garanties en termes d’emplois, de plan de charges et d’investissement. Le PDG de Faurecia, M. Yann Delabrière, s’est engagé auprès de nous ainsi qu’auprès du Ministre de l’Economie à poursuivre et achever les investissements de 25 millions avant la vente, d’exécuter le plan de charges prévu et qu’il n’y aurait pas d’impact en termes d’emplois par cette vente tant du point de vue de la fabrication que de recherche et développement.

Nous allons prochainement rencontrer les organisations syndicales ainsi que M. Laurent Burelle, PDG de Plastic Omnium, afin de poser toutes les questions concernant les conditions de transfert des salariés de Faurecia à Plastic Omnium. Nous serons particulièrement attentifs au maintien des acquis pour le personnel.

Cette rencontre a également été l’occasion de questionner M. Delabrière sur le site Trecia d’Etupes. Celui-ci nous a garanti un plan de charges important dès le début 2017 et ce, sans aucune suppression d’emplois.

Ces deux dossiers requièrent toute notre vigilance afin de conserver ce patrimoine industriel sur notre territoire et garantir des emplois à nos concitoyens puisque si des évolutions, de nouvelles orientations stratégiques doivent être réalisées afin de mieux répondre à la concurrence internationale, celles-ci ne doivent pas se faire au détriment de l’emploi”.