Nicolas Pacquot : « réforme de retraites, agir aujourd’hui pour sauver nos retraites demain »

Nicolas Pacquot, Député Renaissance de la 3ème circonscription du Doubs, communique :

« Après plusieurs mois de concertation, la Première Ministre, Élisabeth Borne, a présenté mardi les contours de la réforme des retraites, un des engagements de campagne du Président de la République. Le projet de réforme que porte la Majorité est un projet de justice, d’équilibre et de progrès dont l’objectif est de garantir à chaque retraité d’aujourd’hui mais aussi de demain, une pension.

Il permet :
De mieux protéger : adaptation du dispositif de carrières longues, départ à taux plein à 62 ans pour les personnes en situation d’invalidité ou d’inaptitude et 55 ans pour les travailleurs handicapés, assouplissement des conditions pour un départ anticipé du salarié victime d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle.
De gommer les injustices : fin des régimes spéciaux pour les nouveaux salariés, alignement progressif sur le privé de la durée de travail dans la fonction publique.
Un progrès social : pension minimum de 85 % du Smic net, soit 1 200 euros par mois dès cette année pour tous les retraités ayant une carrière complète, prise en compte des périodes de congé parental, validation de trimestres des aidants familiaux, prise en compte des stages et des travaux d’utilité collective.

Alors que nous comptions 3 cotisants pour 1 retraité en 1970, nous n’en comptons aujourd’hui plus qu’1,7 et si rien n’est fait nous atteindrons 1,4 d’ici 2050. Les chiffres sont clairs : il y a un problème d’équilibre financier qui menace la pérennité de ces régimes. Cette réforme est donc essentielle pour sauvegarder notre système par répartition, pilier de notre modèle social, tout en maintenant le pouvoir d’achat des actifs et des retraités.

Aussi, ce projet vise uniquement à protéger les Français et à garantir l’équilibre du système des retraites qui de fait, devrait être atteint en 2030 et ce, sans renchérir le coût du travail, sans diminuer le niveau des pensions et sans augmenter les impôts de nos concitoyens. Il s’agit d’agir en responsabilité, dans l’intérêt de tous nos concitoyens. Notons également qu’avec cette réforme, notre système demeure plus avantageux que ceux de nos voisins européens.

Reste pour moi la question cruciale de la pénibilité de certains métiers. C’est précisément là que le travail parlementaire intervient pour améliorer, ajuster ou corriger la loi, notamment en fonction des remontées de terrain de nos concitoyens. À cet égard, j’ai proposé un temps d’échanges aux représentants syndicaux de ma circonscription qui le souhaitent, dès lundi prochain.

Par ailleurs, les alertes recensées dans mon territoire, appellent ma plus grande vigilance. La discussion à l’Assemblée nationale devra permettre de clarifier toutes ces situations, j’y veillerai particulièrement« .

(source communiqué)