Usine d’incinération Montbéliard : lancement des consultations publiques et de négociation avec le Sertrid

Usine d'incinération des ordures ménagères de Montbéliard (photo Google)

Le Conseil Communautaire de Pays de Montbéliard Agglomération du jeudi 14 janvier 2021 (notre info du 14/01/2021) a validé le lancement des consultations publiques et de négociation avec le Sertrid pour les 3 scénarios envisagés concernant l’avenir de l’usine d’incinération de Montbéliard.

Contexte

L’Usine d’Incinération des Ordures Ménagères (UIOM) a été mise en service en 1988 pour traiter entre 48 000 et 56 000 tonnes par an de déchets non dangereux. La valorisation des ordures ménagères donne notamment lieu à la production de chaleur qui est vendue au réseau de chauffage urbain de la Petite Hollande à Montbéliard. L’UIOM est exploitée par Délégation de Service Public (DSP) confiée à Valinéa (filiale dédiée de Véolia) depuis 2009 jusqu’au 31 décembre 2023. Une étude d’opportunité a permis de définir trois scenarios (renumérotés comme suit) :

Scénario 1 – four rénové (capacité 26 000 à 28 000 t/an – durée de vie 15 ans après rénovation), sous forme d’un contrat de concession de type Délégation de Service Public, de durée prévisionnelle de 16 ans (travaux et exploitation) à partir du 1 er janvier 2024.
Ce scénario comprend la rénovation d’un four, le démantèlement du deuxième four et les travaux de renouvellement du réseau de chaleur jusqu’à la chaufferie de la Petite Hollande. Il permet également de faire évoluer les performances de l’usine actuelle pour atteindre une valorisation énergétique supérieure à 65 % (valorisation thermique et électrique) conduisant ainsi à une TGAP réduite.

Scénario 2 – usine nouvelle (capacité 40 000 t/an – durée de vie 30 à 35 ans), sous forme d’un contrat de concession de type Délégation de Service Public, de durée prévisionnelle de 20 ans à partir du 1 er janvier 2024 (ou de 25 ans si la demande de dérogation à la Direction Départementale des Finances Publiques est autorisée). Ce scénario comprend le démantèlement de l’usine actuelle, la construction d’une nouvelle usine sur la même parcelle et le renouvellement du réseau de chaleur jusqu’à la chaufferie de la Petite Hollande. Au même titre que le scénario 1, il permet également de faire évoluer les performances de l’usine actuelle pour atteindre une valorisation énergétique supérieure à 65 % (valorisation thermique et électrique) conduisant ainsi à une TGAP réduite.

Scénario 3 – quai de transfert et traitement au SERTRID (Syndicat d’Etudes et de Réalisation pour le Traitement Intercommunal des Déchets), exploité actuellement en régie (durée de vie de l’usine estimée jusqu’en 2045 – construite en 2002 – capacité nominale de 85 000 tonnes/an). Ce scénario comprend le démantèlement de l’usine actuelle et la création d’un quai de transfert sur le même site. Les déchets seront transportés en semi-remorques (24 tonnes), par autoroute, à Bourogne au SERTRID. Pour ce scénario, deux orientations sont possibles : un transfert de la compétence “Traitement des déchets ménagers et assimilés” qui impliquerait le transfert, au SERTRID, de la “compostière de Vieux-Charmont”, du “centre de transfert des encombrants de Montévillars” et de “l’incinération”, et probablement les “bas de quais de déchetterie à long terme ; une coopération horizontale avec le SERTRID portant sur l’incinération des déchets par conventionnement et donnant lieu à une contribution financière de l’Agglomération de Montbéliard au Syndicat.

(sources Twitter @paysmontbeliard et rapport préliminaire Conseil de communauté de PMA du 14 janvier 2021)