Frédéric Barbier : ouverture des concessions automobiles, “une voie de secours pour éviter une mise à l’arrêt forcée de nos usines”

Frédéric Barbier, Député de la 4ème Circonscription du Doubs (photo Facebook "Frédéric Barbier")

Frédéric Barbier, Député de la 4ème Circonscription du Doubs, s’exprime sur la fermeture actuelle des concessions automobiles compte-tenu du 2ème confinement :

Dans un territoire comme le nôtre, où le secteur de l’industrie automobile concentre près d’un emploi sur deux, je milite en faveur du maintien d’une ouverture minimum des concessions automobiles, sous conditions. En effet, si la possibilité du recours au “click and collect” était déjà une disposition encourageante qui autorisaient les clients à venir retirer leur véhicule en concession, elle ne s’avère pas suffisante pour conforter la filière automobile dont dépend en grande partie l’économie du Nord Franche-Comté.

Aussi, alors que l’on assiste à un effondrement des commandes de véhicules et à un fort ralentissement des livraisons, les conséquences en cas de prolongation des mesures de restrictions pourraient être dramatiques pour nos usines et leurs emplois. Je pense à des entreprises à l’image de Peugeot Japy qui affiche encore une certaine fragilité qu’il convient de réduire et non d’accroître. C’est pourquoi, afin de maintenir l’activité des usines de ce territoire et leurs productions, il me semble essentiel que les consommateurs puissent continuer à acheter des véhicules. Encore faut-il pouvoir les voir et les essayer. En tant que Co-Président du Club Automobile et Mobilités, et dans la mesure où les concessions automobiles ne pourraient réouvrir rapidement, je soutiens donc une solution transitoire. Elle consisterait, selon un protocole sanitaire strict et défini, à permettre aux clients d’essayer des véhicules en concessions ou à proximité des ateliers de réparations restés ouverts, et ainsi à pouvoir passer commande. Une voie de secours pour éviter une mise à l’arrêt forcée de nos usines. J’ai adressé lundi 9 novembre 2020 cette recommandation au cabinet de Monsieur le Premier Ministre, Jean Castex“.