Ouverture de certains établissements pour la restauration exclusive des professionnels du transport routier

(photo ToutMontbeliard.com)

Le Préfet du Doubs autorise l’ouverture de 6 établissements pour la restauration exclusive des professionnels du transport routier entre 18h00 et 10h00, dans le respect strict du protocole sanitaire. “Alors que le département de Doubs connait depuis quelques semaines une forte accélération de la circulation du virus Covid-19, laquelle a conduit à une aggravation de la situation sanitaire, nous sommes toujours sous le coup de mesures indispensables de limitation des interactions sociales“, explique le Préfet du Doubs, “Cependant, la nécessité de perpétuer, autant que possible, la vie économique et de maintenir les approvisionnements, impose de veiller à ce que les professionnels du transport routier puissent se restaurer et avoir accès à des installations sanitaires“.

La parution ce samedi 7 novembre 2020 du Décret no 2020-1358 du 6 novembre 2020, modifie l’article 40 du Décret n°2020-1310 du 29 octobre 2020 pour permettre l’ouverture de certains établissements de restauration lorsqu’elle est assurée au bénéfice exclusif des professionnels du transport routier, détenteurs d’une carte de conducteur, dans le cadre de leur activité professionnelle entre 18h00 et 10h00. Aussi, après avoir consulté l’ensemble des représentants du secteur, et en lien avec la DREAL, le Préfet du Doubs, compte tenu de l’importance des axes de circulation routière et de la situation transfrontalière du département a décidé d’autoriser l’ouverture de 6 établissements situés à la fois sur le réseau autoroutier et sur les axes routiers secondaires : “Le Grand Air” à Chay, “Aire d’Ecot” sur l’A36, “Aire de Marchaux” sur l’A36, “Aire de Champoux – Marchaux” sur l’A36, “La Cocotte” à Chemaudin, “Le Grand Clos” à Montandon.

Par ailleurs, le Préfet du Doubs reste très préoccupé par les conséquences de ces mesures de fermeture administrative exceptionnelles, qui touchent l’ensemble de la filière de la restauration mais qui sont indispensables au regard de la situation sanitaire de notre pays. Les services de l’État restent mobilisés, au côté des chambres consulaires pour faciliter l’accès aux mesures d’accompagnement de la filière de la restauration.