Record de trafic de passagers en 2019 pour l’EuroAirport, aéroport de Bâle-Mulhouse

L'EuroAirport, l'aéroport de Bâle-Mulhouse (photo ToutMontbeliard.com)

Avec 9,1 millions de voyageurs, l’année 2019 s’achève sur un nouveau record pour l’EuroAirport, aéroport de Bâle-Mulhouse, dépassant celui de 2018 (notre info du 18/01/2019). Pendant les quatre derniers mois de 2019, la croissance est cependant en baisse en comparaison avec la même période de l’année précédente. Le fret express, un service important pour l’économie régionale, a également progressé durant l’année écoulée. En revanche, le trafic fret a globalement diminué sur la même période. L’EuroAirport a adopté sa stratégie 2030 sur la base du développement durable.

En 2019, les discussions sur la réduction de l’impact du trafic aérien sur le changement climatique ont pris de l’ampleur dans toute l’Europe, tout comme à l’EuroAirport. Cette question essentielle a été prise en considération dans l’élaboration de la stratégie 2030 de l’EuroAirport, adoptée par le Conseil d’Administration en juin 2019. La mission stratégique de l’EuroAirport est d’assurer la connectivité du territoire trinational, en adoptant une démarche de développement durable. La demande de liaisons aériennes efficientes demeure forte dans la région. Le défi pour l’EuroAirport est de trouver le juste équilibre entre les ambitions de développement économique de la région, les besoins des riverains en termes de protection contre le bruit et des populations sensibles aux aspects environnementaux tout en assumant sa responsabilité sociale en tant qu’employeur majeurs de la région trinationale. Toutes les activités de l’EuroAirport reposent sur le principe fondamental du développement durable : accorder une importance égale aux piliers économique, social et environnemental. Dans ce contexte, l’EuroAirport a défini cinq grands champs d’action stratégiques : orientation client, développement durable, environnement, sécurité et sûreté, et coopération franco-suisse.

Orientation client : 9,1 millions de passagers, bonne santé du fret express, obtention du “Top Efficiency Excellence Award”

En juillet 2019, des experts indépendants de l’Air Transport Research Society (ATRS) ont désigné l’EuroAirport comme l’aéroport le plus efficient dans la catégorie des aéroports européens en dessous de 15 millions de passagers pour l’année 2019. Cette distinction montre que l’EuroAirport peut s’imposer dans un environnement concurrentiel international. En 2019, l’accent a été mis sur l’ajustement des capacités et la modernisation de la zone d’arrivée ainsi que sur l’augmentation du nombre de postes de contrôle d’identité au départ et à l’arrivée et l’amélioration des parkings. En 2019, l’EuroAirport a dépassé pour la première fois la barre des 9 millions de passagers, enregistrant une augmentation du nombre de passagers d’environ 6% (9,1 contre 8,6 millions de passagers en 2018). Cette hausse correspond aux taux de croissance des aéroports européens de taille comparable. Le nombre de mouvements aériens (décollages et atterrissages de vols commerciaux et de fret, y compris les charters) a augmenté de 3,4% pour atteindre 81 533.

En 2019, le fret express, un domaine d’activités important à l’EuroAirport, affiche une nouvelle progression : 2% de marchandises de fret express supplémentaires ont été transportées en provenance et à destination de la région. À l’inverse, les activités de fret tout cargo enregistrent un recul de 14%. La part du fret camionné a également baissé de 5,9%. Dans l’ensemble, les activités de fret ont diminué de 3,7% par rapport à l’année dernière pour atteindre 106 075 tonnes. Cette baisse est également constatée au niveau européen.

Pour ce qui est de l’industrie, troisième domaine d’activités stratégique de l’EuroAirport, la construction du cinquième hangar d’AMAC Aerospace a débuté en 2019 et devrait s’achever en 2020. Avec plus de 2 000 employés, l’industrie contribue de façon significative à la création de valeur du site aéroportuaire au niveau régional.
Pour 2020, l’EuroAirport compte sur une stabilisation des chiffres passagers et fret au même niveau que 2019.

Développement durable et environnement : protection contre le bruit comme enjeu principal

En ce qui concerne les nuisances sonores générées par les avions, l’EuroAirport concentre ses efforts sur la réduction du bruit entre 23 heures et minuit, la plage horaire qui affecte le plus la qualité de vie des riverains. Les objectifs volontaristes fixés au printemps 2018 pour réduire l’impact sonore dans cette tranche horaire n’ont jusqu’à présent pas produit les effets escomptés. Pour cette raison, l’EuroAirport a décidé de mettre en œuvre des mesures renforcées afin de réduire le bruit de façon significative dans la deuxième heure de nuit. Cette démarche formelle en lien étroit avec les Autorités de Tutelle s’inscrit dans le cadre d’une procédure d’approche équilibrée selon le règlement européen n° 598/2014.

Cette procédure s’appuie sur une étude approfondie lancée en septembre 2019 et commanditée par les autorités de l’aviation civile avec l’appui de deux sociétés de conseil indépendantes. Il s’agit d’auditionner plus de 90 parties prenantes de l’Aéroport, dont les représentants des municipalités, des cantons, des compagnies aériennes et des associations de riverains. Les dernières auditions seront finalisées fin janvier 2020. Sur la base des résultats de l’étude, le Conseil d’Administration de l’EuroAirport proposera des mesures renforcées de protection contre le bruit aux autorités de l’aviation civile françaises au printemps.

A long terme, afin de permettre le développement futur de l’EuroAirport, il est prévu de définir une courbe de bruit limitante. Cette courbe permettra de plafonner le bruit à un niveau maximal admissible qui ne peut être dépassé, y compris dans le cadre d’une extension ou d’une optimisation des infrastructures terminales. Sous l’impulsion de l’Aéroport, cette mesure inscrite dans le PPBE et programmée initialement pour 2022, sera avancée. Les travaux correspondants ont déjà été lancés dans l’objectif de permettre le plus rapidement possible une planification fiable concernant l’évolution du bruit à l’avenir.

S’agissant de sa propre empreinte carbone, l’EuroAirport poursuit un plan d’actions visant, d’ici 2022, à réduire ses émissions de CO2 par unité de trafic (un passager ou 100 kg de fret) de 20% par rapport à 2015. Dans le cadre du programme de certification « Airport Carbon Accreditation » (ACA), l’EuroAirport analyse en continu sa marge de manœuvre pour réduire ses émissions de CO2 et optimise ses processus d’exploitation.

Renforcement continu des mesures de sécurité et de sûreté

L’amélioration continue des processus de sécurité et de sûreté font également parti des champs d’action stratégiques de l’EuroAirport. Afin de réduire le temps d’attente des passagers au contrôle d’identité au départ ou à l’arrivée, l’EuroAirport a mis en place en 2019 des postes de contrôle supplémentaires pour la police aux frontières française et le Corps des gardes-frontière suisse. Dans le hall 1, côté français, la capacité des postes d’inspection filtrage a également été revue à la hausse. Fin 2019, les premiers PARAFE (passage automatisé rapide aux frontières extérieures) ont été mis en place.

Coopération franco-suisse : le 70ème anniversaire d’une success story binationale

Le 4 juillet 2019, 70 ans jour pour jour après la signature de la Convention franco-suisse de 1949, les représentants de la France et de la Suisse ont célébré en commun le 70ème anniversaire de cette Convention qui a constitué l’acte fondateur de l’Aéroport de Bâle-Mulhouse, le seul aéroport binational au monde. La réussite incontestable de ces 70 premières années a été renforcée par l’association de l’Allemagne qui a fait de l’EuroAirport Basel-Mulhouse Freiburg un exemple de réussite au service de trois pays.

Plusieurs projets centraux d’avenir incarnent le caractère transfrontalier de l’EuroAirport en tant que porte d’accès à l’ensemble de la région trinationale : à titre d’exemple, le projet ferroviaire reliant les réseaux transfrontaliers du TER français et du RER suisse. Une fois mise en service, cette nouvelle liaison directe entre la France et la Suisse facilitera considérablement la mobilité au quotidien et permettra un report modal significatif de la route sur le train. Dans un deuxième temps, après la mise en service du « Herzstück » à Bâle, des liaisons directes en provenance et à destination de l’Allemagne seront également proposées, offrant ainsi un accès direct à l’Aéroport depuis l’Allemagne.

Le raccordement ferroviaire de l’Aéroport de Bâle-Mulhouse améliorera ainsi sensiblement son accessibilité et augmentera la part des personnes utilisant des transports publics. Les travaux de planification seront poursuivis en 2020. Après les concertations obligatoires et la déclaration d’utilité publique par les autorités, les travaux sont prévus pour la période 2024-2028.

(texte EuroAirport)