La CGT interpelle les élus de Pays de Montbéliard Agglomération sur la CTPM

Le syndicat CGT interpelle les élus de Pays de Montbéliard Agglomération dans une lettre ouverte au sujet des bus CTPM :

Après avoir refusé un débat en séance plénière sur l’opportunité de poursuivre la délégation de service public ou la mise en place d’une gestion directe des transports publics urbains de voyageurs du Pays de Montbéliard. Après avoir décidé un changement d’opérateur dans la précipitation assorti d’une réduction drastique des moyens déjà insuffisants donnés à ces mêmes transports publics urbains de voyageurs du Pays de Montbéliard. Les élu(e)s de PMA ont pris une décision concernant l’achat de 25 bus neufs pour équiper le futur réseau de Transports à Haut Niveau de Service. Ces 25 bus neufs de marque Iveco seront propulsés au gaz, une technologie bien connue des salarié(e)s et des usagers des transports publics urbains de voyageurs du Pays de Montbéliard puisque notre réseau a été un des premiers à recevoir des bus avec ce type d’énergie en 1999. Une technologie qui a laissé des souvenirs plus que pénibles, à la fois aux salarié(e)s de l’entreprise par le manque flagrant de fiabilité, de puissance et de robustesse de ces véhicules ainsi qu’aux usagers suite aux diverses pannes de ces véhicules.

Quant au constructeur choisi, lui non plus n’a pas laissé un très bon souvenir avec le retard important dans la livraison – plus de 6 mois ! – et le manque de qualité dans les finitions, dans les réglages des éléments mécaniques et de fiabilité pour la dernière commande de bus neufs. En ces temps où la question du dérèglement climatique est prégnante, des solutions urgentes et efficaces doivent être apportées. Près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre sont émises par les transports, les transports publics urbains de voyageurs sont une des clés pour leur réduction. Pour se faire, il est nécessaire d’avoir une ambition élevée pour les transports publics urbains de voyageurs dans le pays de Montbéliard dont le réseau devrait être bien plus étendu en terme de fréquence de passage de bus, de couverture du territoire voir d’étendue des horaires de fonctionnement.

La CGT CTPM propose : la mise en place d’une gestion directe des transports publics urbains de voyageurs pour sortir ce service public des appétits financiers ; la mise à disposition de moyens techniques, humains et financiers à la hauteur des besoins des salarié(e)s et des usagers ; une concertation entre les élu(e)s et les salarié(e)s lors des investissements importants où l’avis des salarié(e)s soient réellement pris en compte”.