Projet Conservatoire de Montbéliard : le point de vue de la Gouvernance de Pays de Montbéliard Agglomération

Le Conservatoire de Musique du Pays de Montbéliard, actuellement au Château des Ducs de Würtemberg au centre-ville de Montbéliard, ira-t-il à l’ancienne clinique située aux Portes du Jura à Montbéliard (notre info du 27/11/2017 “Le Conservatoire du Pays de Montbéliard dans l’ancienne clinique ?”) ? Deux opinions politiques s’opposent : celle de la Gouvernance de Pays de Montbéliard via Charles Demouge, son Président, et celle de la Mairie de Montbéliard via Marie-Noëlle Biguinet, Maire. Ce sont les 112 Conseillers communautaires de Pays de Montbéliard Agglomération qui devront voter à un moment donné pour ou contre le projet de rachat de l’ancienne clinique, le premier vote ayant été reporté (notre info du 27/11/2017 “Rachat de l’ancienne clinique de Montbéliard par PMA pour le Conservatoire : vote reporté”).

Afin de mieux comprendre les enjeux de ce projet, nous proposons le point de vue de la Gouvernance de Pays de Montbéliard Agglomération par les propos de Charles Demouge, Président, et de Christophe Froppier, Vice-Président en charge du dossier, par les témoignages ci-dessous, et en parallèle ceux de la Mairie de Montbéliard par Marie-Noëlle Biguinet, Maire, dans notre info du 05/12/2017 “Projet Conservatoire de Montbéliard : le point de vue du Maire de Montbéliard”.

Charles Demouge, Président de PMA : “Ce projet de nouveau Conservatoire me tient particulièrement à cœur. Il est l’un des chantiers prioritaires de mon mandat

Suite aux différents propos tenus dans la presse ces derniers jours, concernant le projet d’implantation du Conservatoire à la clinique des Portes du Jura, je souhaite aujourd’hui clarifier et expliciter ma position. Celle-ci a en effet été par trop déformée par des commentaires souvent hors propos venus de personnes n’étant pas en responsabilité, aujourd’hui, d’en émettre un jugement sincère. Afin de mettre fin à ces salmigondis qui perdent l’essence même de notre mission de service public en y omettant l’intérêt de nos concitoyens, je propose une réunion de travail à l’intention des élus communautaires et des élus du Conseil municipal de Montbéliard. Celle-ci se tiendra le jeudi 7 décembre 2017.

Ce projet de nouveau Conservatoire me tient particulièrement à cœur. Il est l’un des chantiers prioritaires de mon mandat et je souhaite ardemment le voir aboutir. Mon ambition est qu’il prenne place dans les locaux de l’ancienne clinique des Portes du Jura. Cette implantation au sein du campus universitaire représente, à mes yeux, la meilleure solution pour l’intérêt des habitants de notre agglomération.

Cette position représente, selon moi, de nombreux avantages. Parce qu’il est un lieu d’enseignement, le Conservatoire trouve naturellement sa place sur le campus, bénéficiant ainsi d’une proximité avec les universités, Numerica, la bibliothèque universitaire et prochainement l’Institut de Formation aux Métiers de la santé (IFMS). Cet emplacement favorise donc l’émulation et il est propice aux projets collaboratifs et aux mutualisations. Autre atout de taille : celui de l’accessibilité. Les élèves, leurs parents et les professeurs du Conservatoire profiteront sur le campus de parkings gratuits ainsi que d’une très bonne desserte en transports en commun, notamment dans le cadre du Transport à Haut Niveau de Service (THNS).

Sur le plan financier, je suis étonné d’entendre que ce projet n’aurait pour seule vocation de réaliser des économies. Il est juste de dire qu’une réaffectation de la clinique engendrera des coûts bien moins importants qu’une restauration du site actuel du Conservatoire ou bien d’une construction neuve aux Blancheries. Cependant, les marges financières ainsi dégagées pourront permettre – et je m’y engage – de participer, sous le pilotage de la municipalité de Montbéliard, à une réflexion d’ensemble sur l’attractivité de la ville. Le projet que je mène pour l’implantation du Conservatoire sur les Portes du Jura doit aussi, à mon esprit, profiter à la valorisation du cœur historique de la cité.

Le projet que je porte est de qualité et a été mené avec le plus grand sérieux, quoi qu’en disent mes détracteurs. Il fait suite à une étude de pré-programmation des plus réfléchies, confiée à Territoire 25 qui a missionné un architecte sur le site de la clinique. Cette étude a permis de répondre de manière implacable aux nécessités de surfaces ainsi qu’aux exigences aussi bien techniques que phoniques du site d’implantation.

Je regrette profondément que ce débat sur le lieu d’implantation du Conservatoire se focalise uniquement autour des craintes des commerçants du centre-ville de Montbéliard. J’ai entendu leurs inquiétudes au cours des deux réunions que j’ai eues avec eux et je suis convaincu que le projet que je porte, comportant une restauration complète du site du château, va dans leur intérêt. Au demeurant, je considère qu’il faut avant tout penser aux enseignants du Conservatoire et surtout à ses usagers qui exercent actuellement dans des locaux indignes du rayonnement de leur structure au niveau international. J’ai dernièrement pris le temps de rencontrer le directeur et l’ensemble du corps enseignant pour leur présenter mon projet qui a recueilli un accueil enthousiaste de leur part.

C’est dans le sens de toutes ces informations que je souhaite que le débat proposé aux élus concernés, jeudi prochain, soit constructif afin d’aboutir à une position à la hauteur des ambitions que doit porter l’Agglomération. Il en va de l’intérêt et de l’attractivité de notre territoire.

Charles Demouge, Président de Pays de Montbéliard Agglomération“.

Christophe Froppier, Vice-Président de PMA : “Je souhaite que tous ensemble, élus et forces vives du territoire, nous nous saisissions de ces projets décisifs pour notre avenir

Le sujet d’implantation du futur Conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique alimente actuellement les discussions, aussi bien sur Montbéliard que dans l’ensemble du Pays de Montbéliard. En tant qu’élu de la Ville et Vice-Président de Pays de Montbéliard Agglomération en charge du Pôle vie du territoire et solidarités (sport, culture et cohésion sociale), j’ai la responsabilité de m’exprimer aujourd’hui. Concernant ce débat, je constate que beaucoup se sont manifestés, avec des paroles malheureusement peu amènes. Cependant, l’essentiel a été oublié et il s’agit de prendre une certaine hauteur. En effet, ce dossier comporte un double enjeu, deux projets d’envergure qui sont intimement liés l’un à l’autre.

Tout d’abord, j’aimerais apporter quelques précisions sur la concertation déjà réalisée, notamment le 20 juin dernier, lorsque je présidais une réunion de la commission politique de la ville, cohésion sociale, sports et culture. Celle-ci a présenté un rapport sur les perspectives d’évolution du Conservatoire en annonçant une méthode et un calendrier précis. Cette base de travail a permis au Conseil communautaire du 29 juin suivant de se prononcer à l’unanimité pour engager la démarche projet et lancer une étude de préprogrammation avant fin 2017. Il était important de le rappeler.

Le premier projet d’envergure est la requalification du site du château. Tout le monde s’accorde à dire qu’il n’est plus possible de maintenir le Conservatoire sur son site actuel pour des raisons d’hygiène, de sécurité, d’accessibilité. Tout cela met à mal les conditions de travail pour les élèves et les enseignants. Délocaliser les services du Conservatoire afin de pouvoir réhabiliter ce site extraordinaire est une chance unique pour la ville et l’Agglomération qui pourraient y imaginer une nouvelle source d’attractivité. Plusieurs idées émergent mais il faudra que tous les acteurs concernés- les collectivités, les commerçants, les habitants- soient associés à la réflexion et à la construction de ce projet. Les enjeux commerciaux et touristiques sont en effet conséquents.

Le second projet d’envergure est relatif au déménagement du Conservatoire au sein du campus universitaire. Il s’agit pour moi de la meilleure solution. C’est tout du moins celle que je défendrai lors de la réunion du 7 décembre, programmée par le Président de Pays de Montbéliard Agglomération. Ce temps d’échanges est nécessaire pour expliquer, rassurer et montrer tout l’intérêt du projet, tant d’un point de vue qualitatif qu’en termes de coûts.

Ce projet d’implantation du Conservatoire sur le site de la clinique des Portes du Jura, à seulement cinq minutes du centre-ville, permettra à la nouvelle structure d’être dans des locaux adaptés, fonctionnels et facilement accessibles pour l’ensemble des habitants de l’Agglomération. Les usagers bénéficieront là d’un Conservatoire en totale adéquation avec le nouveau dimensionnement du territoire de l’Agglomération.

Comme indiqué dans le document de projet d’établissement préparé par le directeur et les équipes enseignantes du conservatoire, « il s’agit de construire ensemble un modèle de Conservatoire nouvelle génération, de l’inscrire dans des perspectives de développement durable, de garantir son rayonnement territorial, gage d’attractivité, et de l’affirmer comme centre d’animation de la vie artistique et culturelle locale ».

Voilà pourquoi les deux projets sont intimement liés. Si nous réussissons le déménagement du Conservatoire, nous réussirons la requalification du site du château. En tant qu’élu de Montbéliard, je souhaite que tous ensemble, élus et forces vives du territoire, nous nous saisissions de ces projets décisifs pour notre avenir.

Christophe Froppier, Vice-Président de Pays de Montbéliard Agglomération en charge du Pôle vie du territoire et solidarités (sport, culture et cohésion sociale)“.