Martial Bourquin rapporteur d’une mission d’information sur Alstom et la stratégie industrielle

Martial Bourquin, Sénateur du Doubs (photo Facebook Martial Bourquin)

Martial Bourquin, Sénateur du Doubs, s’exprime sur sa nomination de rapporteur d’une mission d’information sur Alstom et la stratégie industrielle :

Le Sénat a officialisé la mission d’information, pour laquelle je serai rapporteur, concernant Alstom et plus généralement la stratégie industrielle de la France. Elle se compose de 27 Sénateurs et durera 4 mois.

Après l’annonce de la fusion Alstom/Siemens, j’avais interpellé le gouvernement le mardi 10 octobre 2017 lors de la séance des questions d’actualité. Cette fusion a été largement présentée par le Gouvernement comme un EADS du ferroviaire, présentation faussée puisque les Etats ne seront pas partie prenantes comme c’est le cas pour l’aéronautique. Ainsi, l’annonce en septembre dernier de la fusion des activités ferroviaires entre Alstom et Siemens avec une majorité concédée à l’allemand, apparaît comme un renoncement supplémentaire à défendre nos fleurons industriels. La perte en deux/trois ans de l’énergie et du ferroviaire, fiertés nationales, déstabilise un peu plus encore notre tissu industriel.

Avec cette fusion et surtout le refus de l’Etat de s’engager dans cette opération avec notamment le rachat des actions de Bouygues possible jusqu’au 17 octobre 2017, c’est l’idée d’un Etat stratège dans le domaine industriel qui disparaît. En effet, non seulement l’Etat français pouvait intégrer le conseil d’administration du futur groupe Alstom/Siemens mais il pouvait également conserver son droit de regard sur les activités énergie de GE. Un regard d’autant plus important que durant l’automne 2017, deux annonces ont entraîné de grandes craintes sur ce secteur stratégique : d’une part, la suppression de 345 postes sur 800 dans l’industrie de turbines hydrauliques de Grenoble, et d’autre part, l’arrivée au conseil d’administration d’un membre de Trian Fund Management, qui est un edge fund activiste, c’est-à-dire des fonds d’investissement non-cotés à vocation spéculative.

Amélioration de la qualité des marchés publics, conditions de mise en œuvre de la dématérialisation des procédures, maîtrise de la chaine de sous-traitance, distorsion de concurrence et plus généralement le rôle d’un Etat stratège dans les filières industrielles importantes… seront autant de sujets que nous entendons travailler au sein de cette mission d’information. En tant que rapporteur, je veillerai à ce que la transparence la plus totale soit faite sur les conséquences d’un tel accord sur l’ensemble des sites industriels et sur l’ensemble des emplois. Cette mission abordera bien sûr l’accord Alstom/Siemens mais aussi le rôle de l’Etat stratège dans l’ensemble des filières industrielles“.