Législatives 2017, 3ème : Sidonie Marchal (PS) étonnée par la candidature de Denis Sommer (REM)

(photo Facebook "Sidonie Marchal")

Sidonie Marchal, candidate dans la 3ème circonscription du Doubs pour les Législatives 2017 pour le Parti Socialiste, s’est étonnée de l’annonce de la candidature de Denis Sommer, sur la même circonscription, sous étiquette la République En Marche d’Emmanuel Macron (notre info du 12/05/2017). Sidonie Marchal a adressé une lettre ouverte à Denis Sommer :

Hier j’apprends par la presse (notre info du 12/05/2017) que tu as été investi par En Marche sur la 3ème circonscription où tu ne résides pas. Dois-je m’en étonner, à la fois sur le fond et sur la forme ? Et j’entends ce matin sur les ondes de France Bleu que tu souhaites vraisemblablement échanger avec moi et que « nous verrons bien, nous discuterons de ce qui pourrait se passer… ». Discuter de quoi ? Nous avions déjà discuté de ma candidature à la députation, au sujet de laquelle nous avions déjà échangé en décembre et où tu m’avais répondu qu’être député ne t’intéressait pas. C’est vrai qu’alors partir avec l’étiquette du parti socialiste n’était guère porteur… Discuter du mandat que tu souhaites abandonner ? Tu es déjà maire sur la 4ème circonscription, Vice-Président de l’Agglomération du Pays de Montbéliard, et conseiller régional. Je suis curieuse, comme tout citoyen, de savoir, si tu devais être élu, quel mandat tu abandonneras. A moins que tu n’abandonnes le mandat de député au bout de quelques mois, comme tu as abandonné la Vice-Présidente à l’Economie à la Région, alors que tu pouvais y traiter des sujets essentiels pour notre territoire.

Moi, je n’ai aucun mandat, si ce n’est celui que m’ont confié les militants socialistes au mois de janvier. Tu le sais. Et sache encore que je me montrerai digne de cette confiance, et que je n’abandonne ni mes engagements ni mes convictions. Si je ne suis pas élue, je continuerai à travailler, je rejoindrai mon poste d’enseignante et de guide conférencière, je poursuivrai mes engagements syndicaux et associatifs et terminerai le cycle d’études que j’ai repris il y a quelques années. Tu m’excuseras de parler de moi, mais je réponds au portrait « atypique » que tu brosses de toi ce matin.

Mais parlons plutôt de politique. De quels sujets veux-tu parler ? De la suppression de l’ISF, de la réforme du Code du travail par ordonnance, du démantèlement des services publics qu’en tant que député En Marche tu voteras ? Moi je ne les voterai pas. Alors là oui nous pourrons discuter politique. Mais si c’est pour évoquer le renouveau que tu souhaites incarner, ou me proposer une négociation sur ma place en politique, ne m’appelle pas. Tu ne peux plus te dire socialiste, cette appartenance et ces valeurs que tu n’as pas voulu porter il y a quelques mois. Tu as fait un choix qui participe au sentiment de confusion que ressentent déjà trop de citoyens“.

Sidonie Marchal a également souhaité communiqué plus généralement sur la désignation des candidats la République En Marche dans le Doubs :

Le mouvement de La République En Marche a dévoilé ses candidats. Force est de constater que sur le Nord-Franche-Comté, où les trois candidats investis sont Bruno Kern, Frédéric Barbier (4ème, notre info du 12/05/2017) et Denis Sommer (3ème, notre info du 12/05/2017), ce ne sont ni le renouvellement, ni la féminisation, ni la jeunesse qui l’emportent. La République En Marche n’incarne pas dans nos territoires le renouvellement tant promis. Ces trois candidats participent déjà et depuis longtemps à la vie politique, et changent d’étiquette au gré des circonstances, au gré des vents qui soufflent, sans boussole.

En tant que républicaine, je suis profondément attristée par ces manœuvres, car loin de contenir la menace de la montée de l’extrême-droite, elles la nourrissent au contraire, créant défiance et confusion dans les esprits des électeurs qui risquent de ne voir dans les élections législatives que des batailles personnelles. C’est pourtant là que se décidera une partie du destin de la France.

Face aux mesures annoncées par Emmanuel Macron, face à sa volonté de supprimer l’ISF, d’augmenter la CSG ou de réformer le Code du Travail par ordonnance, la France aura besoin de la gauche. Le Parti Socialiste n’est pas mort, et si certains le répètent si fort, c’est sans doute pour mieux l’enterrer. Il doit cependant se renouveler et je veux participer de cette refondation. Il présente d’ailleurs aux élections législatives, et je tiens à le souligner, plus de 60% de candidats nouveaux et 50% de femmes.

Candidate désignée par les militants sur la 3ème circonscription du Doubs, je veux incarner à la fois ce renouvellement des pratiques politiques et cette présence d’une gauche nouvelle et rassemblée qui ne se renie pas, loin de l’opportunisme et du cynisme ambiants, une gauche qui défende la justice sociale, la justice fiscale, le respect des corps intermédiaires et la présence nécessaire des services publics dans tous les territoires de la République, des zones rurales aux quartiers populaires. Députée, je voterai pour les mesures constructives pour notre pays qui iront dans le sens de l’intérêt général, mais m’opposerai à toutes les atteintes à la justice sociale“.

infos > page Facebook « Sidonie Marchal »

Les Elections législatives auront lieu les dimanches 11 et 18 juin 2017.
Le Pays de Montbéliard est sur deux circonscriptions :
– 3ème circonscription : comprend des communes comme Baume-les-Dames, Clerval, l’Isle-sur-le-Doubs, Maîche, Montbéliard, Rougemont, Saint-Hippolyte
– 4ème circonscription : comprend des communes comme Audincourt, Étupes, Hérimoncourt, Pont-de-Roide, Sochaux-Grand-Charmont, Valentigney