Vers luisant : signalez vos observations en Franche-Comté

(photo ToutMontbeliard.com)

“Ver luisant” est un nom qui est parfois attribué à plusieurs espèces. Ici, il ne s’agit pas de la luciole mais d’un autre coléoptère de la famille des Lampyridae : Lampyris noctiluca. Ce coléoptère anciennement très commun est connu pour la capacité des femelles, dépourvues d’ailes, à produire une lumière verte pour attirer les mâles ailés.

Pourquoi émettent-ils une lumière ?

Ce sont les 3 derniers segments abdominaux qui sont luminescents. Cette lumière verte caractéristique est produite par réaction chimique entre deux protéines. Elle leur sert à attirer les mâles. Ces derniers, plus discrets, émettent de faibles flashs lumineux rarement perceptibles, d’autant que les mâles possèdent des ailes et peuvent voler sur des distances respectables, ce qui leur permet de chercher les femelles. Cette espèce, prédatrice de limaces et autres escargots, semble avoir régressé suite à la forte utilisation de produits chimiques contre ces ravageurs des potagers. Mais cette régression semble aussi être corrélée à l’artificialisation des sols.

Qui sont-ils ?

On leur attribue le nom de vers en raison du corps des larves, segmenté tel un vers. Les vers luisants passent la plupart de sa vie sous forme larvaire. Les adultes ne se nourrissent pas mais les larves sont de formidables prédateurs. Elles chassent les escargots et limaces qu’elles repèrent par les traces de mucus qu’ils laissent sur leur passage. La larve mord ensuite sa proie pour lui injecter un venin qui la paralysera et la digèrera. La larve pourra alors aspirer le contenu de sa proie.

Menez l’enquête

C’est pourquoi le Conservatoire botanique national de Franche-Comté–Observatoire régional des Invertébrés, l’OPIE Franche-Comté et la Société d’histoire naturelle d’Autun – OFAB lancent une nouvelle enquête participative, afin de repérer et de localiser les populations de cet insecte en Bourgogne-Franche-Comté.

infos > cbnfc-ori.org

(source cbnfc-ori.org)