Martial Bourquin écrit à Bruno Le Maire : “Ne laissons pas mourir nos commerces de proximité”

(photo "Aimer Audincourt")

Martial Bourquin, Maire d’Audincourt, a écrit un courrier à Bruno Le Maire, Ministre de l’Economie et des Finances :

“(…) Je souhaite appeler à nouveau votre attention au sujet de la situation dramatique dans laquelle se trouvent les commerces de proximité non alimentaires. Déjà très affaiblis par le 1er confinement, le second pourrait être fatal pour nombre d’entre eux : plus de trésorerie, stock important, endettement, retard sur le paiement des charges malgré les aides de l’État et des collectivités territoriales. Ne laissons pas mourir nos commerces de proximité !

Audincourt compte plus de 90 % de commerces indépendants qui font vivre le centre-ville mais aussi les quartiers. Nous vous demandons la réouverture de ces commerces le plus rapidement possible. Ils sont prêts d’autant que les protocoles sanitaires mis en œuvre à l’issue du Ier confinement étaient très stricts et respectés par tous : port du masque obligatoire, gel hydroalcoolique à disposition des clients, limitation des clients, désinfection des produits. Cette réouverture, dans le plus grand respect des normes sanitaires, doit impérativement intervenir au plus tard le 27 novembre, date du Black Friday. II est impensable de laisser seul le e-commerce profiter de cet événement qui fait partie des temps importants pour nos commerçants avec les premiers achats de Noël.

Les commerces considérés comme non essentiels subissent de plein fouet la concurrence déloyale des grandes surfaces et des GAFA. II faut qu’ils puissent exercer leur métier : la vente de proximité. Ne pas les laisser participer à cette journée serait une profonde injustice, une décision qui serait incomprise et qui s’apparenterait à une véritable provocation. Enfin, l’exonération totale de toutes les charges pour l’année 2020 et l’élargissement du champ d’application du dispositif de dégrèvement de la CFE, prévu par le décret na 2020-979 du 5 août 2020 aux commerces fermés lors des confinements, seraient des signes forts adressés à tous les commerçants de proximité (…)”.