Elections Régionales 2021 : la France Insoumise candidate

La France Insoumise du Pays de Montbéliard s’exprime sur les Elections Régionales 2021 :

La pandémie de COVID19 est venue frapper une société déjà durement affectée par les inégalités sociales et l’affaiblissement des services publics, notamment dans la santé. L’urgence écologique, de plus en plus criante, se manifeste chaque jour sous nos yeux. Elle s’ajoute à une crise démocratique qui s’exprime par l’abstention et qu’a rappelé, à sa manière, le mouvement des gilets jaunes. Pourtant le monde d’après semble perpétuer le monde d’avant. Ceux qui ont œuvré à la Vie sociale de notre pays ont payé le plus lourd tribut. Les soignant.es tant applaudi.es ont dû se contenter des miettes du Segur de la Santé. Le chômage et la précarité explosent alors que les profiteurs de la crise ne sont pas mis à contribution. Les citoyens voient leurs libertés publiques réduites pour pallier les errements d’une politique qui même après le traumatisme du confinement pour la population n’engage toujours pas la bifurcation nécessaire. Rien n’est fait sérieusement pour répondre aux urgences auxquelles nous devons faire face : urgence sanitaire, climatique, économique, sociale et démocratique. Le temps presse pour engager le Changement de cap salvateur.

En mars 2021 auront lieu les élections régionales et départementales. Par cet appel nous décidons de porter en Bourgogne-Franche-Comté des causes communes qui peuvent régler les problèmes concrets de nos concitoyennes.

La mise en place d’un bouclier social et sanitaire : sauver les emplois d’aujourd’hui en conditionnant les aides publiques dispensées par la région aux entreprises et aux associations, et préparer ceux de demain par la formation professionnelle et la diversification des activités ; œuvrer à la gratuité de services essentiels comme les masques, les transports et les cantines scolaires ; agir pour l’égalité entre les territoires par le déploiement des services publics de proximité, en particulier dans la ruralité et les quartiers populaires ; favoriser la relocalisation d’activités économiques et l’essor de l’économie sociale et solidaire ; favoriser la culture et le sport pour tous.

La bifurcation écologique : stopper l’artificialisation des terres agricoles et les grands projets inutiles et imposés ; donner la priorité au transport collectif en créant et en développant les lignes d’intérêt local avec une politique tarifaire attractive ; inciter au développement des mobilités douces ; lancer un véritable plan de relance pour la transition énergétique et un plan pour le fret ferroviaire et fluvial ; développer une agriculture paysanne créatrice d’emplois, respectueuse des êtres humains, de la biodiversité et du bien-être animal ; favoriser l’économie circulaire et les circuits courts, en particulier en alimentant les cantines scolaires en produits locaux et bio ; promouvoir un tourisme raisonné.

La rénovation démocratique au service de l’intérêt général : s’appuyer sur l’implication Citoyenne et la souveraineté populaire avec l’outil du référendum d’initiative citoyenne locale, y compris révocatoire, et les budgets participatifs ; démocratiser le fonctionnement de l’Assemblée régionale ; veiller à l’égalité femme/homme et à la participation des jeunes ; encourager la gestion publique, citoyenne et écologique de l’eau et des biens Communs ; développer une politique culturelle accessible à tous ; stopper la soumission des associations aux critères du marché.
Nous voulons porter une autre ambition pour notre région. Nous voulons le faire avec les citoyennes et les citoyens engagés dans les combats écologiques, sociaux et démocratiques, avec les gilets jaunes, les membres des associations, ONGs, syndicats et avec les forces politiques qui partagent ces objectifs avec l’ambition de les rendre majoritaires en mars prochain. Fédérons-nous !“.