Le Projet Alimentaire Territorial de Pays de Montbéliard Agglomération officiellement reconnu par l’Etat

(photo Pays de Montbéliard)

Le Projet Alimentaire Territorial (PAT) de Pays de Montbéliard Agglomération est l’un des 13 Projets Alimentaires Territoriaux en France qui vient d’être officiellement reconnu par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Le Projet Alimentaire Territorial (PAT) de Pays de Montbéliard Agglomération est lauréat du Programme National pour l’Alimentation 2018 (PNA), lancé par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé et l’ADEME (Agence de la Transition Ecologique).

L’appel à projets 2018 a rencontré un vif succès avec le dépôt de 316 dossiers de candidature. Sur le plan national, le Projet de Pays de Montbéliard Agglomération réalisé en partenariat avec la Chambre interdépartementale de l’Agriculture du Doubs et du Territoire
de Belfort, fait partie des 11 lauréats du PNA 2018-2019 dans la catégorie « Projets alimentaires territoriaux ». Le PAT de Pays de Montbéliard Agglomération s’inscrit dans les quatre priorités de la politique publique de l’alimentation : l’ancrage territorial et la mise en valeur du patrimoine alimentaire ; la justice sociale ; l’éducation à l’alimentation de la jeunesse et la lutte contre le gaspillage alimentaire.

La mise en place du Projet Alimentaire Territorial sur le périmètre de notre Agglomération“, souligne le Président de Pays de Montbéliard Agglomération, Charles Demouge, “devra ainsi favoriser l’installation agricole diversifiée, structurer les filières d’approvisionnement locales existantes ou en développement (légumes, lait, viande notamment), consolider les débouchés locaux, améliorer les chaînes logistiques et de transformation, regrouper l’offre, favoriser l’accès du plus grand nombre à des produits locaux et issus de l’agriculture biologique“.

L’Etat a versé la somme de 38 161 €, qui représente 68,46% du coût total prévisionnel éligible estimé à 55 736 €, pour la période 2018/2019. La participation de Pays de Montbéliard Agglomération s’élève à 9 291 €, celle de la Chambre d’Agriculture à 8 284 €.

On ne peut que se féliciter et bien sûr remercier les équipes de cette reconnaissance du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation pour notre PAT. Pays de Montbéliard Agglomération a toujours été un territoire d’innovation et il est aussi reconnu en tant que tel“. Le Président Charles Demouge le démontre encore une fois en intégrant l’agriculture et l’alimentation dans ses priorités de mandature insiste Nadine Mercier, Vice-Présidente en charge de la politique agricole et du Projet Alimentaire Territorial. “J’aurai cette mission de conduire ce beau projet avec l’ensemble des partenaires et collaborateurs mais aussi d’en impulser, je le souhaite de nouveaux, notamment en agriculture urbaine, agriculture 3.0, environnement, énergie, agritourisme… mais avant tout finalisons les actions en cours“.

Les actions en cours

L’ouverture d’un magasin de produits locaux sur le territoire de Pays de Montbéliard Agglomération et d’un drive est prévu dès octobre 2020. Les partenaires associés au projet sont les suivants : 39 producteurs locaux, la Chambre Interdépartementale d’Agriculture du Doubs et du Territoire de Belfort, la Chambre des métiers du Doubs et du Territoire de Belfort, Cœur Paysan Développement, France Active Franche-Comté, SEDIA, la Ville de Sochaux. Après de nombreuses recherches, le site retenu est celui de l’Ecoquartier de Sochaux. Une partie des crédits du PAT a été mobilisé pour financer l’étude commerciale et de faisabilité. Pour une surface de bâtiment de 631 m2
dont 293 m² de surface de vente, le montant de l’investissement (construction et aménagement) se monte à 1 518 728 € HT. Le projet a été est retenu parmi les dossiers prioritaires du Contrat Métropolitain. Comme pour nombre d’autres chantiers, la crise de la Covid a retardé celui de Cœur Paysan Sochaux. L’ouverture prévue en décembre 2020 est reportée au mois de mars 2021 sur le site du nouvel écoquartier de Sochaux. L’attente des consommateurs étant forte, un drive fermier sera mis en place au tout début du mois d’octobre dans un local à Sochaux. Le magasin devrait ouvrir ses portes en mars 2021. Six emplois seront créés.

La création d’un outil collectif structurant de mutualisation des outils de transformation, douze agriculteurs sont intéressés par un atelier de transformation. Les besoins sont identifiés : autoclave, malaxeur, four, hachoir, mise sous vide, viande hachée, pressoir, alambic et séchoir à fruits. Le projet de création d’un atelier de transformation sur le Pays de Montbéliard présente plusieurs atouts : une diversité des produits à transformer, et la complémentarité avec le magasin de producteurs. Néanmoins, les besoins actuellement exprimés par les agriculteurs sont insuffisants il est donc nécessaire d’étoffer le groupe. Le projet est en cours.

La lutte contre le gaspillage alimentaire et introduction de produits bio et locaux dans la restauration collective, cette action est inscrite dans les quatre priorités du PAT et entre dans le cadre de la loi EGALIM, du 1er novembre 2018 (loi issue des Etats Généraux de l’Alimentation). Une enquête en ligne a été engagée auprès des restaurants collectifs du Pays de Montbéliard (134 écoles, 15 collèges, 6 lycées, 4 établissements d’enseignement supérieur, 15 établissements de santé de Pays de Montbéliard Agglomération). Le taux de réponses de 37,5% est tout à fait satisfaisant, et un rapport regroupant l’ensemble des résultats a été réalisé.

Un diagnostic du gaspillage alimentaire a ensuite été conduit sur 15 jours en mai 2019 dans les 7 établissements volontaires (école maternelle du Mont Chevis à Montbéliard, le Collège Anatole France à Bethoncourt, le collège Jouffroy d’Abbans à Sochaux, l’école primaire de Longevelle sur le Doubs, l’école primaire de Bart, l’EHPAD de Bart et de Grand-Charmont). Ce diagnostic du gaspillage alimentaire s’est effectué de manière quantitative (pesées alimentaires par composantes et par catégories) et de manière qualitative (enquête de satisfaction). Les résultats sont les suivants : 622 kg de nourriture ont été gaspillés au sein des 7 établissements sur les 2
semaines de pesées ; entre 19% et 33% de ce qui a été préparé a été gaspillé ; taux de gaspillage allant de 92 g à 223 g par convive et par repas ; le gaspillage moyen s’élève à 143 g par repas et par convive (54% : repas préparés non servis et 46% : retours plateaux) ; le coût du gaspillage est de 0,80 € par repas et par convive… Enfin, un guide pratique de réduction du gaspillage alimentaire pour introduire davantage de produits locaux bio et locaux en restauration collective a été réalisé avec l’aide du service Communication de Pays de Montbéliard Agglomération. Il a été envoyé à tous les restaurants collectifs de notre territoire par voie électronique (téléchargement possible du document en cliquant sur l’image ci-dessous).

Les autres actions engagées sont les suivantes : développement de la production de protéines végétales, soja, lentilles, sarrasin, lin,
etc. ; développement produits « novel food » : insectes, spiruline… ; poursuite de la dynamique d’installations agricoles (en lien avec étude foncier agricole) ; valorisation économique des vergers hautes tiges sur le territoire de Pays de Montbéliard Agglomération (en partenariat avec Vergers Vivants) ; poursuite de l’organisation des marchés du Soir ; partenariats des producteurs locaux, avec les restaurants solidaires, épiceries sociales, dej’ de l’insertion, associations caritatives… ; agriculture périurbaine (« Projet Quartiers Fertiles » / ANRU).