Ismaël Boudjekada : “nos aînés de Grand-Charmont crèvent dans l’indifférence générale !”

Ismaël Boudjekada (photo Ismaël Boudjekada)

Ismaël Boudjekada, Conseiller municipal de Grand-Charmont, s’exprime au sujet de l’EHPAD des Jonchets de Grand-Charmont :

La politique n’a pas sa place dans la lutte contre la crise sanitaire que nous traversons. Toutefois, la politique doit reprendre ses droits lorsque des défaillances et/ou manquements graves sont constatés. Il y a un mois passé, nous – Élus du groupe Union Citoyenne, Gauche et écologistes rassemblés – alarmions nos concitoyens et interpelions nos partenaires locaux et autorités sanitaires sur la situation préoccupante de l’Ephad de Grand-Charmont et ce, malgré le travail formidable du personnel sur place. Plus loin, nous demandions l’allouement d’un budget destiné à l’achat d’une commande communale de masques. Avec un mois de retard, nous avons tout de même été entendu par le Maire qui a passé commande et nous informe tous les lundis sur la situation de l’Ephad. Nous l’en remercions. Malgré cela, le sens des responsabilités nous oblige à pousser un coup de gueule : nos aînés et soignants crèvent dans une espèce d’indifférence générale ou – à minima – tout est fait pour cacher les choses à nos concitoyens : trop c’est trop ! Nous informons vos lecteurs que peu après avoir publié notre premier communiqué sur ce sujet, Monsieur le Maire nous demandait de bien vouloir faire valider, à l’avenir, toute communication sur ce sujet avant publication – nous reprochant d’avoir fait circuler des information erronées, que la presse viendra pourtant confirmer le lendemain !
Nous exhortons le Maire de Grand-Charmont, la Direction de l’Ephad – ô combien muette à nos sollicitations – et la Mutualité Française à répondre clairement et en toute transparence aux questions suivantes. Sans réponse et sous huit jours, nous étudierons en lien, avec notre avocat, toute procédure utile pour renouer avec une gestion responsable de la crise que nous traversons.
Loin de toute considération politicienne de bas niveau – ce que bien évidemment on tentera de vous faire croire – nous l’affirmons avec force : il est de notre devoir d’œuvrer pour la sécurité de nos administrés et notre responsabilité d’élus nous impose une vigilance permanente, aujourd’hui plus encore.
Sur le terrain, nos concitoyens nous trouvent à travers le lancement d’une ligne téléphonique solidaire – le 07 83 77 13 73 – à destination des plus fragiles ayant besoin d’aide, de livraisons à domicile… mais aussi à travers la fabrication, par l’un de nos membres et président d’association – Yusuf Yuksel, de plusieurs centaines de masques et blouses pour le personnel médical en lien avec ses adhérents dont seule la presse locale – et nous l’en remercions – a parlé et sur laquelle le Maire s’est bien gardé de communiquer dans son adresse à la presse du 28 avril 2020. Qu’importe ! Aux grands discours, les charmontais préféreront certainement les actes !
Notre engagement plein et entier sur le terrain ne fait que renforcer notre légitimité à demander aujourd’hui des comptes. Vous nous informez que 41 tests ont été effectués auprès du personnel et résidents présentant des signes, soit ! Nous exigeons, en qualité d’élus, que vous nous informiez sans détour et sans mystère sur les résultats de ces tests pour une évaluation pragmatique de la situation. Nous exigeons de savoir si, oui ou non, des résidents souffrant se sont vus attribuer du Rivotril, substance controversée que beaucoup comparent à de l’euthanasie déguisée. Si oui, combien ? Nous exigeons que vous œuvriez, à l’instar de Corinne Coudereau – Maire de Valdoie avec qui nous échangeons sur la situation de nos Ephad respectifs – pour que toute la lumière soit faite sur la réalité de la situation interne à l’établissement. À savoir : en qualité de Maire, vous êtes informé du nombre de décès et êtes même amené à signer les actes de décès. Vous devez exigez que soient testés les défunts, tous les défunts ! Je ne peux accepter que vous vous en teniez à nous parler de cas « potentiels » de décès liés au coronavirus ! Concernant les défunts testés, des proches nous ont appelés et fait part de l’inhumanitité dans les relations avec les familles que l’on presse de bien vouloir récupérer les effets personnels du proche perdu et à qui la direction refuserait de communiquer le résultat du test COVID-19 sur leur parent – information pourtant essentielle à l’intervention des pompes funèbres et à laquelle la famille doit avoir accès“.