F. Barbier et D. Sommer : demande de gratuité exceptionnelle du réseau autoroutier

Frédéric Barbier, Député de la 4ème Circonscription du Doubs, et Denis Sommer, Député de la 3ème Circonscription du Doubs, ont écrit un courrier au Président Directeur Général d’APRR :

“(…) Nous sommes confrontés à une situation de crise sanitaire sans précédent qui transforme, pour une durée que nous ne connaissons pas précisément, l’organisation même de notre économie et de nos vies. Pendant cette période exceptionnelle, de nombreux travailleurs poursuivent leur activité professionnelle en se déplaçant quotidiennement pour rejoindre leur lieu de travail. Nous citerons à titre d’illustration quelques domaines d’activités concernés, parmi d’autres : la santé, le médico-social, la sécurité, les secours, la sécurité civile, l’agriculture, l’alimentation, le transport, l’entretien des infrastructures, les ordures ménagères, les services publics réquisitionnés, les travaux publics pour raison d’urgence, la distribution alimentaire, les produits de première nécessité, une partie du secteur industriel… Ces travailleurs, qu’ils soient salariés, indépendants ou libéraux, exercent dans des conditions exceptionnelles et parfois difficiles. C’est grâce à leur engagement que l’ensemble de la population bénéficie des services et produits indispensables pour continuer à vivre : l’accès à l’alimentation et aux produits de première nécessité, l’accès aux soins, à l’eau potable, à l’assainissement, le ramassage des ordures, les réparations essentielles, etc. Parmi ces travailleurs, nombreux sont ceux qui, pour se rendre à leur travail, utilisent, comme à l’accoutumée ou de manière exceptionnelle, les tronçons payants des autoroutes, ou encore font le choix de ne pas les utiliser pour raison économique. En parallèle, de nombreux trajets sont réalisés, sous des formes très variées et par des personnes aux statuts très différents, dans le cadre d’un engagement exceptionnel de service public autour notamment du médical, du médico-social, du secours et de la sécurité. Ces trajets ne sont pas tous concernés par la gratuité de l’autoroute et le péage peut rester à la charge de personnes morales ou physiques (associations, sociétés libérales, hôpitaux, État, etc.) extrêmement sollicitées en cette période.

Dans cette situation exceptionnelle, il nous semblerait pertinent que les sociétés autoroutières, dont nous saluons déjà l’esprit de solidarité se manifestant de part et d’autres du territoire, s’engagent de manière forte autour de deux points principaux. La gratuité du réseau autoroutier pour tous les trajets entre le domicile et le travail effectués par les travailleurs qui, quels que soient leurs statuts, ont à se déplacer pour une raison professionnelle autorisée pendant la période du confinement. Ce point permettrait notamment de faciliter l’accès au réseau pendant cette période particulière. La gratuité du réseau autoroutier pour l’ensemble des trajets liés à une mission de service public médical, social, de secours ou de sécurité pendant la pandémie que nous traversons. Ce point permettrait de diminuer, au moins en partie, l’effort financier considérable réalisé par toutes les structures apportant directement leur part à la lutte contre le coronavirus.

Dans la mesure où les sociétés d’autoroutes que vous représentez auraient la possibilité financière de s’y engager, il s’agirait à notre avis d’un effort de solidarité à la hauteur des évènements et d’un soutien plein et entier au côté des hommes, des femmes et des organisations qui sont sur le terrain en cette période difficile. Concernant la mise en œuvre, ce dispositif, pour avoir un sens, devra se mettre en œuvre le plus tôt possible ; à ce titre, nous sommes convaincus que les sociétés d’autoroutes pourront trouver, le cas échéant, la bonne formule et le bon dispositif (…)”.