Un chat retrouvé mort pris par une machoire “piège à loup” à Allenjoie

(photo allenjoie.fr)

Au moment où une opération d’envergure est engagée par l’association “Nos amis les chats” à Allenjoie, dans le Pays de Montbéliard, une macabre découverte révulse les esprits. Une référente de l’association a alerté la commune il y a quelques jours sur une prolifération de chats errants dans une grange. Une opération de captures et de stérilisations a donc été organisée. Elle est en cours ces jours-ci. La commune d’Allenjoie y participe modestement par un soutien “à la hauteur de ses moyens“. Par ailleurs, une subvention annuelle est accordée systématiquement chaque année : “On connait les problèmes consécutifs à la prolifération non maîtrisée, maladies, dégénérescence, souillures, etc… un grand merci à l’association, et tout particulièrement à Lydia et Valérie“, informe la commune sur son site internet (www.allenjoie.fr).

Parallèlement, une découverte, il y a deux jours, soulève l’indignation. En effet, à proximité d’habitations, un chat, sans collier, ni puce informatique ou tatouage, a été retrouvé mort, piégé par une mâchoire de type “piège à loup”, en taille réduite. L’animal dont la patte était coincée et broyée a dû agoniser longtemps, sans pouvoir se libérer ni se faire entendre… Le service des Gardes Nature Communautaires, récemment mis en place par Pays de Montbéliard Agglomération, dont Allenjoie a adhéré à ce service, a été alerté et deux agents se sont présentés. Les constatations étant faites, en présence du propriétaire du terrain, de riverains et du Maire, les agents ont emporté animal et le piège afin de poursuivre les investigations.

La commune s’offusque sur le fait que “un tel appareil disposé aux abords d’habitations auraient aussi pu mutiler un enfant, cette pratique enfreint la loi de manière délibérée, elle doit être punie comme il se doit. Nous attendons la suite des démarches pour, le cas échéant, engager une action pour mise en danger, concernant des enfants, et pour pratique monstrueuse, concernant tout animal. La présence signalée d’un renard dans les parages pourrait constituer une piste en direction d’une personne voulant protéger un élevage ? A quel prix ! Et avec quel sens des responsabilités, et quelle conscience… La honte l’emporte décidément”.