Mesures de préservation du renard dans le cadre de la lutte contre le campagnol terrestre

(photo ToutMontbeliard.com)

Le Code de l’Environnement, dans son article R. 427-6, liste les motifs permettant de classer, sur tout ou partie d’un département, une espèce animale comme “susceptible d’occasionner des dégâts”, statut anciennement nommé “nuisible”. Ce classement est désormais établi par l’arrêté ministériel du 3 juillet 2019 pour une période de trois ans, soit jusqu’à juin 2022 pour chaque département. Il fait suite à une réflexion locale, menée au sein des sous-commissions spécialisées des Commissions départementales de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) et à une proposition de chaque préfet au Ministère de la transition écologique.

L’arrêté national fixe ainsi la liste, les périodes et les modalités de destruction dans le Doubs pour les espèces suivantes : la fouine, le renard, le corbeau freux (en dessous de 700 mètres d’altitude) et la corneille noire. La belette, la martre, le putois, la pie bavarde, le geai des chênes et l’étourneau sansonnet ne sont font pas l’objet d’un classement dans le département. Il permet la destruction du renard sans restriction de période ni de lieu (hors tir). Plus avant, en amont de cette décision nationale, les acteurs locaux (scientifiques, chasseurs, agriculteurs, associations) s’étaient entendus pour gérer le renard en intégrant son rôle comme prédateur des campagnols, rongeurs qui pullulent de manière cyclique en Franche-Comté, dans le cadre d’une approche partagée et innovante. La première étape de cette approche consiste à suspendre la destruction du renard sur une partie du département ; c’est l’objet de l’arrêté que le Préfet du Doubs a signé le 6 novembre 2019. L’arrêté précise les communes sur lesquelles les partenaires ont souhaité favoriser le rôle du renard dans la lutte raisonnée contre les campagnols. Sur ces 117 communes (NDLR : dont aucune du Pays de Montbéliard),  le renard reste chassable dans les conditions fixées par l’arrêté d’ouverture-clôture de la chasse dans le département. Dans un second temps, la démarche concertée devrait se poursuivre par la mise en place d’une expérimentation sur les effets de différences de statut du renard (nuisible, chassable, protégé) sur deux zones du département.

(texte Préfecture du Doubs)