Nouvelle Clinique du Pays de Montbéliard : pose de la première pierre fin mars 2019

Dossier

À l’heure où l’actualité nationale est plutôt marquée par la fermeture d’établissements de santé en difficulté, Pays de Montbéliard Agglomération et l’ensemble des porteurs du projet se félicitent de la pose de la première pierre annoncée pour le vendredi 29 mars 2019 d’une clinique au coeur de l’agglomération du Pays de Montbéliard. Le futur bâtiment de 5055 m² accueillera ses premiers patients en fin d’année 2020. Ce projet est l’aboutissement de trois années de négociations, de compromis et surtout d’une mobilisation initiée et menée durant toute cette période par Charles Demouge, Président de Pays de Montbéliard Agglomération (PMA), à laquelle se sont joints les principaux élus locaux. Soutenu par l’Agence Régionale de Santé (ARS), la nouvelle clinique du Pays de Montbéliard va voir le jour.

Le contexte : une offre de soins de proximité recomposée

En 2016, le territoire du Pays de Montbéliard, composé de 72 communes et d’un bassin de population de 142 000 habitants, ne possédait plus d’établissements de soins et ce depuis la fermeture, en 2015, de la Clinique des Portes du Jura, dernier établissement de soins privés implanté sur le secteur, et la fusion des Centres hospitaliers de Belfort et de Montbéliard. En 2017, cette fusion donnait naissance à l’hôpital Nord Franche-Comté construit sur le site de Trévenans. Pour Charles Demouge et les élus du Pays de Montbéliard, la situation ne pouvait perdurer. Il fallait agir vite et trouver le ou les investisseurs capables de mener un projet ambitieux : la construction d’un établissement de soins de proximité pour la population locale. Le Président de Pays Montbéliard Agglomération montre dès le départ une détermination sans faille et fait du sujet de l’accessibilité aux soins “sa priorité”. “Le nouvel hôpital public étant implanté sur le territoire de Belfort, les habitants du Pays de Montbéliard ont besoin d’un futur établissement de santé sur la ville-centre“, affirme-t-il alors.

Noalys entre en scène

Parmi les opérateurs de soins sollicités par l’agglomération, un se positionne : Jean-Loup Durousset, PDG du groupe Noalys, un groupe d’établissements de soins privés de proximité implanté en Auvergne-Rhône-Alpes. “Charles Demouge nous a contacté pour nous présenter le projet de construction d’une clinique. Notre intérêt pour ce projet ambitieux a été immédiat“, se souvient Jean-Loup Durousset. Le consensus est total autour du projet du groupe Noalys, autorisé par l’ARS. Une première victoire. Ce dossier qui semblait si simple, se complique. L’Hôpital Nord Franche-Comté dépose un recours contre l’implantation de cette clinique. Le groupe Noalys et l’agglomération n’abandonnent pas pour autant. “L’hôpital public ne voulait pas d’un deuxième site de chirurgie qui l’aurait concurrencé“, explique M. Durousset. Pour débloquer la situation, l’Agence Régionale de Santé réunit les différents acteurs et propose d’assurer la complémentarité en matière d’offre de soins et de transférer toutes les autorisations de soins de suite sur le Pays de Montbéliard. Une proposition qui satisfait l’hôpital public et le groupe noalys : “Si la volonté des élus du Pays de Montbéliard est à souligner, il faut également mettre en avant le rôle de l’ARS Bourgogne-Franche-Comté qui a souhaité, en accordant cette autorisation de construction d’une clinique, ralentir fortement un taux de fuite très important en direction des bassins de population environnants. En accordant une autorisation de prise en charge en ambulatoire, elle pallie, là-aussi, un manque évident sur ce bassin de santé”, affirme Jean-Loup Durousset. “J’ai travaillé avec plusieurs agences régionales de santé, mais il est important de souligner l’écoute exceptionnelle que nous avons eu de leur part. Nous avons travaillé main dans la main afin de trouver ensemble un terrain d’entente qui satisfasse toutes les parties”, se félicite aujourd’hui Jean-Loup Durousset.

Un engagement fort de Pays de Montbéliard Agglomération

Pour le PDG du groupe Noalys, la réussite du projet de la nouvelle clinique du Pays de Montbéliard réside dans l’excellente relation entretenue par un dialogue constant, avec les différents acteurs, mais aussi par l’investissement particulier de l’agglomération. “Le projet est un co-partenariat puisque l’agglo est à nos côtés dans l’actionnariat. C’est original, ici les élus sont motivés et ils
vont plus loin puisqu’ils investissent avec nous“. Le projet est porté par trois associés : le groupe Noalys, l’agglomération du Pays de Montbéliard par le biais de sa société d’économie mixte, la Banque des Territoires. Dès le début des études et tout au long du processus de définition du montage immobilier, la Banque des territoires a mobilisé ses expertises internes afin d’accompagner l’agglomération et Noalys en terme d’ingénierie financière. Son engagement financier comme actionnaire de la société de portage des murs de la clinique a été déterminant dans le montage opérationnel du projet. Un autre partenariat est encore plus inattendu se félicite le PDG de Noalys : “l’Agence Régionale de Santé nous a proposé de prendre en charge les soins de suite, elle nous a demandé de prendre contact avec la clinique privée de la Miotte à Belfort qui avait un service de soins de suite qui ne pouvait se développer davantage, et de voir avec son directeur s’il était possible de trouver une répartition des activités entre nos deux établissements C’est ce que nous avons fait, le directeur a accepté. Nous avons acquis les soins de suite de cet établissement et avons signé un mandat de gestion. L’équipe médicale de la Miotte, qui n’est pas encore salariée de Noalys, continuera de gérer notre autorisation sur leur site, et dans 2 ans, ils intégreront notre équipe dans nos futurs locaux“.

Une clinique de soins de suite et de réadaptation, une offre cohérente et complémentaire

La Clinique du Pays de Montbéliard pourra accueillir environ 20 000 patients par an en pleine exploitation. Jean-Loup Durousset ne cache pas son enthousiasme : “La proposition de prendre en charge les soins de suite et de réadaptation, répond parfaitement aux besoins de soins de proximité de la population de Montbéliard. Et cette démarche est fondamentale pour notre groupe. Depuis des années, nous allons sur ces territoires, dans l’intérêt des populations“. Charles Demouge, Président de l’Agglomération du Pays de Montbéliard, est également pleinement
satisfait de ce choix stratégique : “Tous les soins de suite seront à Montbéliard. L’important pour les habitants est d’avoir une offre de soins de proximité mais aussi de pouvoir rendre visite à leurs proches hospitalisés“. La pose de la première pierre de la nouvelle clinique du Pays de Montbéliard est le résultat d’un dialogue et d’une relation que le PDG de noalys qualifie d’”unique”. “Ce projet structurant d’une création d’un établissement sanitaire va renforcer le dynamisme du Pays de Montbéliard“, affirme-t-il. “La nouvelle clinique va permettre l’installation de médecins généralistes dans l’agglomération, car ils vont trouver à proximité des spécialistes, des infirmières libérales. Cela va faciliter le dialogue médical, le travail collaboratif, et bénéficier à l’ensemble de la population locale“.

Son nom : Clinique du Pays de Montbéliard

La clinique du Pays de Montbéliard sera composée d’un bâtiment de 5 055m² sur deux étages. Avec une capacité de 100 patients par jour, elle accueillera des patients nécessitant une rééducation post-opératoire, des soins médicaux curatifs et palliatifs, des soins de rééducation et de réadaptation, des consultations de prévention et d’éducation thérapeutique, mais aussi la prise en charge des maladies chroniques. Jean-Loup Durousset : “Il y a 30 ans, une opération de la cataracte nécessitait une hospitalisation de plusieurs jours, aujourd’hui l’intervention se fait en 2h30 en hospitalisation de jour. Il en est de même pour les maladies chroniques, comme le diabète, les maladies cardio-vasculaires, les insuffisances rénales, qui nécessitent une prise en charge de proximité pour qu’ils puissent continuer à travailler et à vivre normalement“. La pose de la première pierre de la clinique du Pays de Montbéliard est prévue le vendredi 29 mars 2019. Les travaux dureront 15 mois et l’établissement devrait accueillir ses premiers patients à la fin de l’année 2020. En pleine exploitation, une centaine de personnes sera nécessaire au bon fonctionnement de l’établissement.

La nouvelle clinique du Pays de Montbéliard en 10 points :
– appellation : Clinique du Pays de Montbéliard
– adresse : site du Gros Pierron, angle rue Jacques Foillet et Commandant Pierre Rossel à Montbéliard
– superficie du bâtiment : 5 055 m² en surface de plancher et 12 000 m² de terrain
– les différents pôles : clinique de Soins de Suite et de Réadaptation dotée d’un service d’hospitalisation complète et d’un service d’hospitalisation de jour
– les deux services se partagent un plateau technique de rééducation composé d’une balnéothérapie et de 3 salles de rééducation dont une grande salle kiné de 300 m²
– 7 cabinets de consultations viennent compléter l’offre
– nombre de lits : hospitalisation complète 55 chambres pour 60 lits (5 chambres doubles) ; hospitalisation de jour 40 patients par jour
– durée des travaux : 15 mois ; ouverture prévisionnelle au dernier trimestre 2020
– coût du projet : environ 10 millions d’Euros HT
– financement : création de la SAS Immobilier Clinique Pays de Montbéliard capitalisée à hauteur de 2,81 M€, elle comptera 3 actionnaires Pays de Montbéliard Agglomération par le biais de sa Société d’Économie Mixte du Pays Montbéliard (36%),  Noalys (32%), Banque des Territoires (32%)

Les besoins en emprunt seront assurés par un prêt de la Banque des Territoires. Le soutien de la Banque des Territoires dans la nouvelle clinique du Pays de Montbéliard s’inscrit dans son action au bénéfice de territoires plus attractifs et plus inclusifs. Cette nouvelle clinique, qui pourra accueillir environ 20 000 patients par an, répond aux besoins de soins de proximité des habitants et confirme le rôle d’accompagnement de la Banque des Territoires dans le développement socio-économique des territoires fragiles.