Rugby, Fédérale 3 : une classe d’écart (Chalon 49-3 EMBAR)

Rugby, Fédérale 3 : Chalon 49-3 EMBAR, ce dimanche 11 novembre 2018. Pour Chalon : 7 essais dont 3 transformés, 2 pénalités. Pour l’EMBAR : 1 pénalité de Vincent.

L’EMBAR aura existé en tout et pour tout pendant une demi-heure dans ce match face à une équipe hors normes à ce niveau, avant de sombrer corps et bien et de prendre l’eau à chaque franchissement des tangos. De cette première demi-heure encourageante, les hommes de Jean-Jacques Abbamonte tireront l’enseignement qu’ils peuvent perturber les meilleurs quant ils y mettent les ingrédients nécessaires, à savoir l’agressivité dans le défi physique et la rigueur défensive indispensables à ce niveau. Preuve de la performance des bleu et rouge durant ce début de match, les “tangos” faisaient alors preuve d’une fébrilité étonnante pour une équipe de ce niveau. Les chamailleries se succédaient alors sur les points d’impact, et les locaux gaspillaient alors un temps et une énergie considérable à expliquer à l’arbitre son métier. Paradoxalement, c’est l’expulsion justifiée et prévisible de leur demi de mêlée (Cabadeis) à la demi-heure de jeu qui allait les remettre dans le sens de la marche, alors qu’ils ne menaient “que” 5-0. Dès lors, les chalonais allaient retrouver une précision chirurgicale dans les enchaînements, et profiter de chaque intervalle pour mettre à mal la défense nord-comtoise. Les deux essais au large ajoutés avant laissaient déjà augurer d’une deuxième période compliquée (17-3). Elle allait être plus que cela encore… Les ententistes perdaient alors complètement pieds en défense. Beaucoup moins efficaces dans les duels, ils subissaient alors la vitesse d’exécution d’une équipe irrésistible quand elle joue en avançant. Le score enflait alors rapidement, et l’arbitre mettait finalement un terme à leur calvaire alors que le score approchait dangereusement la barre symbolique des 50 points. Dans ce championnat à deux vitesses, l’EMBAR en a désormais fini avec les équipes du quatuor de tête. Il lui reste maintenant à se concentrer sur un bloc de trois matchs qui clôturera la phase aller, et la mettra aux prises avec trois rivaux directs pour le maintien. Premier volet de ce triptyque décisif face à Nancy, dimanche prochain à Coubertin.