Ophélie Claude-Boxberger suspendue pour dopage réagit

(photos Facebook Ophélie Claude-Boxberger)

Ophélie Claude-Boxberger, athlète montbéliardaise, réagit à sa suspension pour deux ans pour dopage prononcée cette semaine :

Suite à la décision qui m’a été adressée par la commission des sanctions, je pourrai recourir en compétition à partir du 5 novembre 2021. Compte tenu des divers éléments que j’avais communiqués lors de l’audience et notamment le caractère malsain et délétère qu’avait eu Monsieur F. vis-à-vis de moi en particulier durant mon adolescence mais aussi lors de notre séjour à Font-Romeu où il avait avoué avoir injecté de l’EPO à mon insu par jalousie, j’espérais une absence de sanction.

Il existe néanmoins des règles encadrant les sanctions pour le type de substance retrouvée dans mes urines, et même malgré ma bonne foi et ma collaboration tout au long de ces 18 mois, il était normal que l’AFLD mette tout de même une sanction de la moitié de la peine encourue, en particulier au regard qu’un sportif se doit d’être vigilant de toutes substances entrant dans son corps. J’ai eu la faiblesse de croire qu’on pouvait accorder le pardon à son bourreau sans craindre de nouveau pour sa propre sécurité.

J’accepte donc cela comme le prix, certes cher à payer, pour ne pas m’être mieux entouré et j’ai pris conscience que lorsque l’on est sous pression psychologique intense, l’alcool et les anxiolytiques ne sont pas une solution pour rester suffisamment lucide. Il est important de maîtriser son corps et sa tête pour ne pas mettre en péril sa vie et pour éviter de courir le moindre danger quelque soit l’importance des objectifs à atteindre.

Cela fait des mois que je ne vis plus avec toute cette affaire, j’ai besoin maintenant de me reposer mentalement et de me reconstruire physiquement pour poursuivre les nouveaux buts de ma vie. Le sport gardera une place importante avec des objectifs que j’ai déjà en-tête mais il y a bien d’autres choses plus belles à vivre aussi. Je verrai durant cette période comment préparer au mieux une saison hivernale de cross ou plus sûrement sur piste si la situation sanitaire le permet.

J’ai surtout pu me rendre compte pendant ces dix-huit mois qui étaient mes vrais amis et les personnes sur qui je pouvais compter notamment mes partenaires d’entraînement qui m’ont toujours motivés pour continuer à courir chaque jour même quand j’étais au plus bas. Merci aussi à mon club qui m’a toujours soutenu et à tous vos messages qui m’ont permis de ne pas sombrer définitivement et de façon irréversible“.

(source Facebook Ophélie Claude-Boxberger)