Vincent Adami : “Emmanuel Macron, l’annonce d’une date ne fait pas une politique efficace”

Vincent Adami (photo Vincent Adami)

Vincent Adami, PCF/Front de gauche du Pays de Montbéliard, s’exprime suite à l’annonce d’Emmanuel Macron, Président de la République Française, concernant la prolongation de la période de confinement au lundi 11 mai 2020 face à la crise du Coronavirus (notre info du 13/04/2020) :

Pour les communistes, l’intervention d’Emmanuel Macron du lundi 13 avril 2020 n’est pas à la hauteur d’une crise historique. Au delà de l’annonce d’un déconfinement le 11 mai, où sont les mesures fortes tant attendues ? Où est la rupture avec les politiques conduites ces dernières décennies ?

La poursuite nécessaire du confinement pour quatre semaines supplémentaires ne s’accompagne pas de mesures permettant de répondre efficacement à la crise et aux difficultés de nos concitoyens alors que la précarité et la pauvreté s’aggravent chaque jour dans notre pays. Derrière les paroles, notre pays, parmi les premières puissances mondiales, ne dispose toujours pas d’une stratégie pour fournir toutes les protections nécessaires à la population et aux salariés.

La priorité devrait porter sur la production et la mise à disposition de matériels de protection et de tests en grand nombre, permettant d’engager un processus de déconfinement maîtrisé ainsi qu’une grande politique de prévention. Les malades devraient être isolés dès maintenant. Cela ne peut pas s’envisager sans un renforcement de la démocratie sanitaire, permettant aux salariés et aux élus de faire valoir leurs propositions et d’exercer si besoin leur droit de veto.

Les activités non essentielles devraient être totalement arrêtées. Il n’est pas possible d’affirmer que l’on veut protéger les populations et laisser en même temps le patronat faire repartir la production dans des secteurs qui ne sont pas immédiatement vitaux pour le pays. Dans le Pays de Montbeliard PSA envisage de réouvrir ses usines…

Alors que notre système de santé est durement éprouvé, les moyens prévus pour le renforcer sont très insuffisants. Quant à l’aide financière annoncée pour les plus précaires, aucun montant précis n’est avancé alors même que les difficultés financières de nos concitoyens s’aggravent chaque jour. Pourtant, des collectivités comme le Département du Val-de Marne ont su concrètement renforcer les aides sociales. En outre, le recours à une application numérique pour tracer les malades n’est pas une priorité sanitaire et comporte des risques importants pour les libertés.

Rien ne justifie par ailleurs la poursuite des mesures dérogatoires au droit du travail : elles doivent être abrogées. Les réformes des retraites et de l’assurance chômage définitivement abandonnées. Il faut en finir définitivement avec l’austérité budgétaire en France et en Europe et mettre un terme aux cadeaux sans limites aux actionnaires et aux grandes fortunes.

Lundi soir, le Président de la République a tenu à exalter les valeurs de la Révolution française. Ce ne sont que des mots dès lors que l’on n’engage pas les ruptures indispensables pour répondre à la crise et s’attaquer enfin à ses causes, en commençant par la mise en débat d’une nouvelle loi de santé publique construite avec les personnels et un véritable plan de relance industrielle et de recherche ainsi que de nouvelles coopérations en France, en Europe et dans le monde, libérées de la domination des marchés financiers“.