Denis Sommer : gestion de l’eau dans l’agglomération du Pays de Montbéliard, demande de report

(photo Facebook Denis Sommer)

Denis Sommer, candidat à l’Election Municipale 2020 à Montbéliard, communique sur la gestion de l’eau dans le Pays de Montbéliard :

Il est prévu que les élus communautaires du Pays de Montbéliard décident le jeudi 12 décembre 2019 du futur mode de gestion des services publics de l’eau et de l’assainissement pour l’ensemble du territoire de l’agglomération. J’ai alerté à plusieurs reprises le Président de l’agglomération sur le caractère fortement prématuré de cette échéance, et ce pour plusieurs raisons, que je citerais pour quelques-unes d’entre elles : le sentiment que l’étude qui a été présentée aux élus le 16 novembre 2019 ne présente pas toutes les garanties d’objectivité ; l’absence d’une définition précise, à ce jour, de nos futurs besoins en investissements (je soulignerais à cet égard les besoins importants en matière de renouvellement des réseaux, etc.) ; un calendrier de consultation fortement favorable au délégataire sortant, qui exercera encore jusqu’à fin 2022 sur les 29 communes de l’ancienne agglomération notamment ; l’absence d’une anticipation indispensable pour permettre un éventuel retour en régie, alors même que cette option, mode de gestion actuel de plusieurs communes de l’agglomération, présente des avantages réels, notamment sur le long terme ; d’autres collectivités, parmi nos voisins, en ont d’ailleurs fait le choix.

Dans ces conditions, il serait plus logique que ce soient les nouveaux élus, directement concernés par la mise en œuvre, qui engagent l’agglomération sur une décision de cette ampleur. Cependant, et dans la mesure où le Président de l’agglomération déciderait malgré tout de maintenir le calendrier de décision du futur mode de gestion, je lui ai fait part d’une double demande, et ce dès le 28 octobre 2019. Cette double demande vise à permettre l’émergence d’un débat qui soit le plus riche, le plus constructif et le plus transparent possible lors du débat du 12 décembre prochain. Il s’agirait premièrement d’amender les règles de prises et de temps de parole au sein de l’hémicycle lors de ce débat crucial. Il conviendrait ensuite de communiquer en amont du débat, et à tous les élus, l’ensemble des pièces issues des travaux de la Commission de Contrôle Financier des DSP pour ces cinq dernières années. Pouvoir connaître et débattre de ce bilan est indispensable. En effet, dans l’optique où nous choisirions de renouveler le contrat de DSP, cela nous permettrait de tirer les enseignements techniques et financiers du contrat en cours, et ainsi de vérifier la justesse de celui qui nous est présenté aujourd’hui“.