Expérimentations innovantes en santé : la Bourgogne-Franche-Comté à l’honneur

(visuel d'illustration)

Deux projets de la région Bourgogne-Franche-Comté ont d’ores et déjà reçu des avis favorables pour tester de nouvelles modalités de prises en charge de problèmes majeurs de santé publique : les accidents vasculaires cérébraux/infarctus et l’obésité. Pour “transformer l’offre de santé, améliorer la pertinence et la qualité des prises en charge”, la loi de financement de la sécurité sociale de 2018 a introduit un dispositif permettant aux acteurs de santé de déroger à des règles de droit, en testant des organisations et des modèles de financement (article 51). Plus de 400 porteurs de projet ont manifesté leur intérêt pour le dispositif à l’échelle nationale. La Bourgogne-Franche-Comté s’inscrit résolument dans cette dynamique et deux projets ont été sélectionnés en 2018 par le comité technique de l’innovation en santé (composé de représentants de l’assurance maladie, des directions d’administration centrale, du secrétariat général du ministère et des ARS). Ce sont les deux premiers projets régionaux validés au niveau national.

DiVa, porté par les établissements du groupement hospitalier de territoire Côte-d’Or / Sud Haute-Marne et les URPS médecins, infirmiers et pharmaciens, rendu public par le CHU de Dijon en décembre dernier, a été le premier de la région à obtenir ce feu vert.

Le second projet régional lauréat aborde également un problème de santé publique puisqu’il vise l’amélioration de la qualité de vie des patients souffrant d’obésité, dans une région où plus de 16% des personnes sont concernées, contre 14% à l’échelle nationale. Il est porté par l’Espace Médical Nutrition et Obésité (EMNO) fondé par le docteur Cyril Gauthier, en 2017, maison médicale de Valmy, à Dijon.

(texte Agence Régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté)